Vu par Zibeline

Camera Camera, salon d’art vidéo et d’art contemporain à Nice

De la chambre noire à la chambre claire

Camera Camera, salon d’art vidéo et d’art contemporain à Nice - Zibeline

Le salon d’art vidéo et d’art contemporain Camera Camera est « The New Place to Be » à Nice !

Trois jours durant, galeries, artistes, collectionneurs et publics ont discuté à bâtons rompus dans des chambres-galeries éphémères, plongés dans l’obscurité d’une fausse salle vidéo ou illuminés par la clarté du jardin de l’Hôtel Windsor. Le format intimiste du salon étant propice à susciter curiosité, réflexion, découverte, convivialité : rien de plus facile que d’entrer en conversation avec l’art les fesses posées sur un lit ! Aux foires anonymes, Supervues à l’Hôtel Burrhus à Vaison-la-Romaine, Paréidolie à Marseille, et aujourd’hui Camera Camera à Nice privilégient la relation de proximité pour atteindre leur objectif : donner à voir l’art contemporain à tous. À l’origine de cette première édition, Odile Redolfi-Payen, qui a la passion de l’art en héritage : son oncle n’avait-il pas confié dès 1989 l’aménagement de quelques chambres à Morellet, Viallat ou Ben… Des traces indélébiles auxquelles ont fait écho les propositions des artistes sélectionnés par le jury présidé par Sandra Hegedüs, fondatrice de SAM Art Projects.

L’image en mouvement a bousculé tous les étages du Windsor, des mini théâtres optiques de Pierrick Sorin disséminés dans le hall (jusqu’au 10 janvier) aux chambres réservées aux artistes et autres « projets spéciaux », telle la vidéo de Bertrand Gadenne projetée au plafond de l’escalier principal. Sept galeries régionales, douze nationales et trois internationales ont mis en espace des œuvres en résonance avec l’esprit des lieux, l’ont prolongé ou contrecarré, obturé les ouvertures ou tapissé les murs. La galerie marseillaise Double V et Alexandre Benjamin Navet sont allés au bout de cette démarche et raflé le Prix de la Chambre 2017 avec une installation en hommage aux peintres ayant séjourné dans le Sud : Matisse, Picasso… Source d’inspiration pour le jeune artiste qui a produit sur mesure 15 pastels à l’huile, une vidéo graphique et une « fresque » en débordement de la tête de lit, preuves de sa maitrise technique, de sa sensibilité à la lumière et à l’histoire des objets iconiques des artistes. D’autres chambres auraient pu être récompensées, notamment celle de Mathieu Mercier reconfigurée par la galerie genevoise Analix Forever avec les pièces de Jeanine Woollard, Marie Hendriks, Jean-Michel Pancin, Guendalina Salini. Celle de Lawrence Weiner rebaptisée « La chambre d’un collectionneur » par la galerie Sintitulo de Mougins où cohabitaient intelligemment les œuvres de Jean Philippe Roubaud, Jérémie Setton et Arnaud Vasseux*. Mais le jury en a décidé autrement, comme Ben a choisi de décerner son Prix à la vidéo The End de Rémi Groussin parce qu’il aime « les films où il n’y a qu’un générique ».

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Décembre 2017

Camera Camera s’est déroulé du 24 au 26 novembre à l’Hôtel Windsor à Nice.

* Arnaud Vasseux expose jusqu’au 22 décembre à La Compagnie, Marseille.
** Rémi Groussin est représenté par la galerie parisienne Un-Spaced.

Photo : Prix Camera Camera 2017 à Alexandre Benjamin Navet et la galerie Double V © Jacques-Yves Gucia