Vu par Zibeline

Septième édition de La Criée tout court au Théâtre National de Marseille

De bons courts

Vérifier les jours off sur la période
Septième édition de La Criée tout court au Théâtre National de Marseille - Zibeline

Pour la 7e fois, le Théâtre National de Marseille a accueilli La Criée tout court, sélection aux petits oignons effectuée par le Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand et le Festival International du Film d’Aubagne. Lors de l’ouverture, le 21 mars, la grande salle était comble. Après les enfants de 3 à 6 ans reçus le matin, c’est un public pas facile d’adolescents âgés de 15 à 18 ans qui a visionné six œuvres choisies par la structure aubagnaise.

Pas facile, parce que les placides intervenants venus d’Auvergne ont dû reprendre à plusieurs reprises la bouillante jeunesse marseillaise, prompte à livrer haut et fort son ressenti face aux cinq fictions et au documentaire retenus, chaque film ayant peu ou prou trait à un ou plusieurs préjugés. Dans Aria, de Myrsini Aristidou, une jeune grecque reçoit une leçon de conduite salutaire et inattendue de la part de sa passagère, chinoise sans papiers. Pablo, de Sergio Guataquira Sarmiento, tourne autour de la même problématique, cette fois en Belgique, où des fonctionnaires sont chargés de vérifier la « validité » d’un couple, sinon le jeune homme sera interdit de séjour. Problème : les amoureux ont rompu, et la demoiselle doit accepter de mentir pour lui. La Tangente, de Leila Macaire, porte sur la pression sociale qui pèse sur trois étudiants d’origines diverses, sur le point de passer un concours prestigieux. Dans une veine plus comique et efficace malgré ses gros sabots, État d’alerte sa mère (Sébastien Petretti) évoque les abus policiers dont sont victimes les jeunes des quartiers, par « délit de faciès ».

On retiendra tout particulièrement deux films, longuement débattus à la fin de la projection par l’assistance. Grand Hôtel Barbès de Ramzi Ben Slimane, confrontation heureuse d’un danseur désargenté au monde du hip-hop… par la grâce de Mozart. Et le documentaire X-Y, tourné en 2016 par Justine Gramme : la cinéaste a confronté quelques très jeunes gens à leur vision de la femme. « Vous avez un problème avec les créneaux », lui dit l’un. « C’est pas vrai, elles sont capables d’y arriver », lui répond l’autre. Au niveau des préjugés, il y a encore du boulot !

GAËLLE CLOAREC
Mars 2019

La Criée tout court #7 a eu lieu du 21 au 26 mars à La Criée, Marseille

Photo : Grand Hôtel Barbès de Ramzi Ben Slimane © Les films Pelleas


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/