Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur deux contes dansés signés Émilie Lalande et la compagnie (1)Promptu,

Danser les contes

Retour sur deux contes dansés signés Émilie Lalande et la compagnie (1)Promptu, - Zibeline

L’Espace NoVa de Velaux accueillait deux compositions de la jeune et talentueuse danseuse et chorégraphe Émilie Lalande : Pierre et le Loup, dont Zibeline a déjà applaudi la performance et une toute nouvelle création, Le Roi et l’Oiseau, d’après le film de Paul Grimault et Jacques Prévert.

La pièce de Prokofiev a gagné encore en aisance, fluidité, les mots réduits au strict nécessaire ; la danse est langage, narre avec délicatesse et humour les divers mouvements du conte et captive l’assemblée difficile du public enfantin. Le vocabulaire de la danse épouse le texte avec un subtil à propos, exagère ironiquement le jeu des personnages, le saut de chat pour le chat qui minaude, arabesque envolée pour l’oiseau, pas mécaniques et autoritaires pour les chasseurs, vacillements appuyés sur sa canne pour un grand-père qui se veut sévère et protecteur, vivacité légère de Pierre, brutalité plus stupide que cruelle du loup qui se fait prendre au piège. Émilie Lalande choisit d’ailleurs la fin du film britannico-polonais de Susy Templeton (2009), et Pierre relâche l’animal sauvage.

Un petit ajustement de décor, draps blancs tendus sur des portants, et voici la magie du récit de Jacques Prévert, émaillé de quelques poèmes dits avec une sobre intelligence. Les bruitages, le caractère décalé, les attitudes, l’atmosphère du film d’animation Le Roi et l’Oiseau sont rendus avec finesse. Entre l’égoïsme cabotin du Roi de Takicardie et l’histoire d’amour du ramoneur et de la bergère, la danse apporte son éclairage dynamique, renouant avec les vertus de la pantomime. Le caractère malicieux de la pièce précédente délicieusement iconoclaste se teinte d’émotion nostalgique. On veut croire en des sentiments plus forts que la bêtise, la folie des grands, la couardise des valets… sans doute Le Roi et l’Oiseau s’adresse à des « un peu plus grands » que Pierre et le Loup, mais la troupe de la jeune chorégraphe, Cie (1)Promptu, (issue des Ballets Preljocaj) sait rendre avec talent la poésie de l’instant.

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2017

Pierre et le Loup et Le Roi et l’Oiseau ont été donnés le 13 octobre à l’Espace NoVa, Velaux

Photo : © J.C. Carbonne


Espace Nova
997 avenue Jean Moulin
13880 Velaux
04 42 87 75 00
www.espacenova-velaux.com