Jean-Romain Vesperini redonne ses lettres de noblesse à Sacha Guitry

Danser le quadrille amoureuxVu par Zibeline

Jean-Romain Vesperini redonne ses lettres de noblesse à Sacha Guitry - Zibeline

Longtemps tombé en disgrâce, ou du moins en désuétude, Sacha Guitry est en voie de devenir, depuis une vingtaine d’années, un auteur de vaudeville tout à fait fréquentable. Si à ceux qui accusent l’auteur de misogynie Jean-Romain Vesperini aura bon dos de répondre qu’il est « plutôt misanthrope », force est de constater que sa mise en scène de Quadrille sait donner aux atermoiements adultérins une véritable profondeur. Dans le rôle de Philippe, que tenait Guitry lui-même, Xavier Gallais se révèle délicieusement détestable, à rebours du chic type un peu bougon que campait le dramaturge. À peine sorti du Tartuffe démoniaque de Macha Makeïeff (donné quelques jours auparavant en ces lieux, et chroniqué sur journalzibeline.fr), le comédien décidément inusable livre une partition aux atours plus sobres, mais non dénué de folie et de froide cruauté. Face à cet amoureux somme toute gauche et hypocrite, les deux personnages féminins campés par Léonie Simaga et Marie Vialle s’en donnent à cœur-joie. La première s’empare de la scène avec une facilité déconcertante, dans le rôle pourtant ingrat de Claudine, qu’elle sait rendre à la fois solaire et ambiguë. La seconde se livre avec délice à un numéro minaudier, faisant de la capricieuse Paulette le protagoniste le plus sincère et le plus vivant de toute la pièce. L’acteur américain campé avec élégance par Cyril Gueï insuffle ce qu’il faut de séduction et de sensualité à un dispositif reposant, chez d’autres, beaucoup trop sur la seule dimension cérébrale.

SUZANNE CANESSA
Janvier 2022

Quadrille a été accueilli du 20 au 23 janvier à l’Opéra Nice Côte d’Azur, dans le cadre de la programmation hors les murs du Théâtre National de Nice

Photo © BdL

Théâtre National de Nice
Promenade des Arts
06300 Nice
04 93 13 90 90
tnn.fr