Childs, Carvalho, Lasseindra, Doherty : un programme du Ballet National de Marseille présenté à La Criée

Danser l’avenirVu par Zibeline

Childs, Carvalho, Lasseindra, Doherty : un programme du Ballet National de Marseille présenté à La Criée - Zibeline

« Je suis si heureuse de vous laisser en compagnie de quatre femmes chorégraphes. C’est, déjà, le monde de demain. » Difficile de ne pas souscrire à cette introduction chaleureuse de Macha Makeïeff qui, une fois le spectacle achevé, donnera presque l’impression d’avoir sous-estimé ses enjeux. Il faut dire que le programme concocté par le Ballet National de Marseille, sur invitation de son collectif directeur (La)Horde, a de quoi marquer un tournant dans la création chorégraphique européenne. Si sa représentation devant un parterre de professionnels ne pouvait susciter qu’un enthousiasme teinté d’amertume, nul doute que cet impeccable quatuor, aussi cohérent et virtuose qu’émouvant, rencontrera dès que possible le public nombreux et enthousiaste qu’il mérite.

Le programme s’ouvre sur une pièce de la pionnière Lucinda Childs, étendard de la danse postmoderne minimaliste : si les ports demeurent graciles, et les corps joliment déliés, on demeure une fois de plus terrassé par les correspondances entre la sublime musique de John Adams et la propagation de motifs d’un danseur à l’autre, d’un duo au suivant.

One of Four Periods in Time © Didier Philispart

Ce Tempo Vicino achevé, c’est ensuite sur une partition redoutablement inventive et expressionniste de Tânia Carvalho que s’illustre un ballet décidément plurivalent. Figés dans des postures d’automates, cloués au sol, les corps des danseurs s’animent au fil de saillies aussi exigeantes physiquement que théâtralement parlant. De l’enfance aux singeries de l’âge adulte, les corps apprennent, se façonnent les uns les autres au gré d’expériences individuelles et collectives : One of four periods in time dit cette latence, avant que l’explosif Mood ne vienne faire exulter ces âmes en devenir. Lasseindra Ninja, digne représentante du voguing à la française, y fait dialoguer les incarnations d’un féminin décomplexé, érotique, vibrant, redoutablement fétichiste : la succession de déhanchés, de rondes enjouées, le ballet des semelles rouges et perruques platines y dessinent un imaginaire si outré qu’il désamorce toute fausseté. L’enchaînement, pensé par Lasseindra, de cette pièce, au Lazarus de Oona Doherty opère un dévêtissement et un rhabillage terrassant de simplicité et de délicatesse.

Lazarus © Didier Philispart

On se retrouve ensuite dans une fureur rentrée, une de ces colères blanches auxquelles la chorégraphe nord-irlandaise sait insuffler tant de grâce et de ferveur mystique. Le ballet, qui aura jusqu’alors joyeusement exalté ses polarités, ne semble alors fait que d’un seul bloc. Belle conclusion, à laquelle succédera une rencontre « hybride » (en « présentiel » et par Zoom) avec les chorégraphes : celle-ci évoquera aux deux anglophones la période, distanciée, de création, conçue en espérant une réouverture prochaine. Réouverture que l’on ne peut que souhaiter, au BNM comme à ses spectateurs.
SUZANNE CANESSA
Avril 2021

Le programme Childs, Carvalho, Lasseindra, Doherty a été présenté à La Criée, Marseille, devant un public de professionnels le 1er avril.

Photo de couverture : Mood © Théo Giacometti

Ballet National de Marseille
20 Boulevard de Gabès
13008 Marseille
04 91 327 327
www.ballet-de-marseille.com

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/