Vu par Zibeline

Dans le duo Empreintes, le danseur Miguel Nosibor danse les mots du poète Raharimanana

Danser entre les lignes

• 10 novembre 2015 •
Dans le duo Empreintes, le danseur Miguel Nosibor danse les mots du poète Raharimanana  - Zibeline

Le danseur hip hop Miguel Nosibor et le poète Raharimanana ont mis en fusion leurs disciplines pour offrir un étonnant duo sur la quête des origines. Engagés dans un projet à long terme, sur plusieurs années, pour laisser le temps de la rencontre opérer au plateau, la première de leur pièce Empreintes vient d’être présentée ce 10 novembre au Théâtre Golovine ; si elle affichait encore quelques inévitables réglages, l’émotion du partage était présente, et puissante, et conjuguait avec intégrité l’essence même de l’expérimentation artistique. Chacun «hanté» par le travail sur la mémoire et les origines -Miguel Nosibor est français d’origine antillaise et questionne sa créolité, Jean-Luc Raharimanana est un écrivain malgache engagé-, ils ont réussi à initier une rencontre entre corps et poésie, laissant glisser matière et mots sur leur corps et leurs héritages enfouis. Corps statique mais très habité du poète-diseur qui psalmodie en position yogi mots et sons, et sur lequel coule en continu une fine pluie de sable ; corps miroir/mouvant du danseur qui semble avaler l’écho des mots pour s’en électrifier, écoutant aussi ce qui se dit entre les lignes («Une pluie fine de silence et le temps suspendu, je m’enracine») pour rebondir dans une impressionnante gestuelle, entre lenteur et sauvagerie, tremblements et mime, désarticulation et regard en tension. Dans un cérémonial captivant, la relation entre les deux artistes articule délicatement corps et esprit, traçant de ses poussières d’argile une transe à l’énergie positive, mais qui reste cependant comme inachevée -aucun n’osant déborder de son temps de parole ?
De cette création est aussi né un livre éponyme de Raharimanana, paru aux éditions Vents d’ailleurs : un objet d’art qui garde intacte l’empreinte de cette rencontre.

DELPHINE MICHELANGELI
Novembre 2015

Empreintes de la compagnie En Phase s’est joué le 10 novembre au théâtre Golovine, à Avignon.
La pièce sera reprise au Comoedia d’Aubagne le 30 janvier.

Photo : © Delphine Michelangeli


Théâtre Golovine
1 bis rue Sainte-Catherine
84000 Avignon
04 90 86 01 27
http://www.theatre-golovine.com