Vu par Zibeline

Quand Molière rencontre les Clash, le Misanthrope adopte la punk attitude au CNCDC Châteauvallon

Danse avec les Clash

• 3 avril 2014⇒6 avril 2014 •
Quand Molière rencontre les Clash, le Misanthrope adopte la punk attitude au CNCDC Châteauvallon - Zibeline

C’est sur l’inimitable Should I Stay or Should I Go des Clash qu’Alceste déboule sur scène en kilt ! Son démarrage en trombe augure une pièce bouillonnante, au rythme haletant, qui pencherait vers le tragi-comique plutôt que la pièce philosophique. On ne sera pas déçu : avec Jean-François Sivadier aux manettes, le spectacle se paye le luxe de faire entendre toutes les circonvolutions du texte tout en batifolant vers des formes insolites, entre esprit baroque, faste royal et Arte Povera. Bric-à-brac de chaises d’écoliers jetées par dessus l’épaule, plateau jonché de cendres noires et de paillettes (le noir du désespoir d’Alceste), ballons luminescents, mini fontaines versaillaises, dressing code décoiffant… et ce ballet de balais qui déblaie le sol pour laisser place au premier face à face entre Alceste et Célimène ! Brillant Nicolas Bouchaud plus schizophrénique que jamais, fou d’amour pour une demoiselle de vingt printemps, mais qui fuit la compagnie des humains ; formidable Norah Krief dont la gouaille joyeuse alpague tous les prétendants alentours. En chœur ou en duo, la troupe de Sivadier -comme il y avait la troupe de Molière- se fait plaisir à jouer avec les alexandrins, les liaisons, la diction, et, s’adressant frontalement au public, l’invite à interagir, le faisant complice de toutes ses mesquineries et autres fourberies… La danse de cour se juxtapose aux riffs des guitares, la gestuelle est mécanique ou délurée, le carrosse doré n’est qu’une vulgaire carriole mais Sivadier garde le cap : Célimène a l’art de plaire et sa grâce est plus forte que tous ses défauts, Alceste est colérique et mauvais joueur, désespérément misanthrope, Philinte un indécrottable modéré mou, Oronte un piètre faiseur de poésie, le petit marquis à jamais un petit marquis. Morbleu, rien n’a changé depuis Molière ! Les scélérats d’aujourd’hui, fourbes et maudits, ont la tête de Berlusconi : «sa grimace est partout bienvenue (…) on l’acclame…». Sivadier ne pouvait trouver mieux.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2014

Le Misanthrope a été joué les 3, 4, 5, et 6 avril au CNCDC Châteauvallon, Ollioules

Photo : Le-Misanthrope,-mis-en-scène-Jean-François-Sivadier-©-B.-Enguérand-2


Châteauvallon – Scène nationale
795, chemin de Châteauvallon
BP 118
83192 Ollioules cedex
04 94 22 02 02
www.chateauvallon.com