Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Peleliu, le nouveau récit de Jean Rolin paru chez P.O.L

Dans les limbes du Pacifique

Peleliu, le nouveau récit de Jean Rolin paru chez P.O.L - Zibeline

En 1944, Peleliu a été pendant plus de deux mois le théâtre de l’une des batailles les plus féroces de la guerre du Pacifique. C’est sur cette petite île de l’archipel des Palaus, au large des Philippines, que le narrateur du nouveau livre de Jean Rolin débarque « dans les derniers jours de février 2015, sans [se] heurter à un mur de flammes ni rencontrer de difficulté particulière ».

Peleliu n’est pas à proprement parler une destination paradisiaque. C’est une terre mangée par la mangrove, à la végétation anarchique, où la nature déploie sauvagement ses formes et ses couleurs sur les vestiges d’un combat infernal relégué dans l’oubli. Le lecteur avance aux côtés du narrateur sur les traces de la bataille, dont l’évocation alterne avec la découverte de cette île infestée de poules sauvages et de crabes de terre, dotée d’un volatile dont le chant ressemble « aux efforts que ferait un idiot, sans y parvenir, pour jouer de la flûte ». Une île où il est facile, si petite soit-elle, de s’égarer, vide dans sa plus grande partie de présence humaine ou de signalisation. Jean Rolin décrit magnifiquement son paysage tourmenté, en certains points dévasté par le passage en 2012 du typhon Bopha : « L’ouragan a dispersé les arbres qu’il venait d’arracher, leurs troncs nus, comme fossilisés, déployant dans les airs un éventail de racines semblables à de géantes araignées noires. » La pénombre des grottes, transformées jadis en bunkers ou en positions d’artillerie, contraste avec le « blanc pulvérulent » des routes, d’« un éclat presque insoutenable à l’œil nu », la « masse incessamment renouvelée d’écume blanche, étincelante » de la mer se brisant sur le récif corallien.

Par la pureté et la précision de son style, la finesse et la sensibilité d’un regard jamais absent d’ironie, Jean Rolin fait de Peleliu une nouvelle terre littéraire, plus ample et plus riche de réflexions que sa seule réalité contemporaine.

MARIE MICHAUD
Avril 2016

Peleliu
Jean Rolin
Éditions P.O.L, 14 euros