Après une résidence au 3bisf d'Aix, Alicia Framis expose ses installations jusqu'au 19 juin

Dans les chambres secrètes d’Alicia FramisVu par Zibeline

• 9 avril 2015⇒19 juin 2015 •
Après une résidence au 3bisf d'Aix, Alicia Framis expose ses installations jusqu'au 19 juin - Zibeline

Les projets de l’artiste espagnole Alicia Framis -performances, installations, vidéos- font l’objet d’expositions en Europe et aux États-Unis, plus rarement en France. Le 3bisf l’a attrapée dans ses filets le temps d’une résidence ultra productive autour de son programme de recherches Forbidden Rooms, qui interroge le rapport de l’individu à l’espace intérieur, tribal, social, intime ou urbain. «Elle touche ce qui a trait au quotidien, à la ville, aux espaces que l’on habite. Elle travaille sur la question du process et ce qu’elle montre est une expérience» précise Diane Pigeau qui a découvert son travail à la Biennale d’art contemporain de Lyon et a œuvré à son séjour à Aix. Quatre ateliers, une conférence et deux créations plus tard, le spectateur expérimente physiquement et psychiquement The Room of Reflection, l’artiste ayant parfaitement intégré la dimension particulière de l’environnement. Il pénètre dans une cabine en forme de long corridor et découvre sa propre image filmée en direct, confronté à lui-même par la face qui, habituellement, se dérobe à sa vue : son dos. Ses mouvements évoluent en léger décalé dans un silence total. Il entre par une porte et sort par une autre quelques secondes plus tard, ou quelques minutes s’il n’est pas mal à l’aise, voire claustrophobe. Expérience troublante de l’enfermement dans une cellule en bois construite dans une ancienne salle d’hôpital ! Celle-ci vient s’ajouter à une liste de 32 «chambres à soi» initialement répertoriées, construites dans une banque (les employés sont confinés dans un espace isolé phoniquement), au musée national Picasso à Vallauris (La chambre des livres interdits) ou dans une galerie à Amsterdam (le Confessionarium aux parois transparentes)…

Autre installation, autre process, autre rapport au corps. Cette fois autour du vêtement iconique et à découvert. Inspirée d’une parole de chanson entendue dans les rues de New-York, I’m in the Wrong Place to be Real emprunte à la vie quotidienne du personnel et des patients de l’hôpital Montperrin leurs objets d’usage : une armoire à linge, une cabine d’essayage, un pyjama, des cintres. Au public de se dévêtir pour revêtir l’uniforme. De se transformer. D’être un autre. Une nouvelle expérience dont il ne sortira pas indemne.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mai 2015

I’m in the Wrong Place to be Real
Alicia Framis
jusqu’au 19 juin
3bisf, Aix-en-Provence

 

photo : I’m in the Wrong Place to be Real, 2015, Alicia Framis © Jc Lett

3bisf
Hôpital Montperrin
109 avenue du Petit Barthélémy
13617 Aix en Provence
04 42 16 17 75
http://www.3bisf.com/