Vu par Zibeline

Retour sur le roman Le Cycliste de Tchernobyl de Javier Sebastián paru chez Métailié

Dans le ventre de Tchernobyl

• 16 novembre 2013 •
Retour sur le roman Le Cycliste de Tchernobyl de Javier Sebastián paru chez Métailié - Zibeline

Une fois refermé Le Cycliste de Tchernobyl de Javier Sebastián, il reste un goût de cendre dans la bouche. Comme si, vingt-cinq ans après la catastrophe, la centrale nucléaire n’en finissait pas de recracher ses miasmes radioactifs, d’enfumer notre mémoire, de brûler nos neurones. Sans se préoccuper des frontières… Avec ce roman oscillant entre réalité documentaire et science-fiction, librement inspiré de la vie de Vassili Nesterenko dit Vassia, physicien spécialiste nucléaire qui travaillait pour l’armée, l’auteur lance un sacré avertissement. Oui, après Tchernobyl, après Fukushima, la fin du monde est pour demain si l’on n’y prend pas garde ! Prenant prétexte de croiser le destin de Vassia errant sur les Champs-Elysées, et d’un obscur fonctionnaire représentant l’Espagne à la Conférence Internationale des Poids et Mesures (monsieur Deux Kilos !), il signe un roman glaçant qui fait froid dans le dos. C’est à la fois un hymne à la résistance de l’homme, à la bravoure, à la solidarité et un avertissement aux futures générations, car il dénonce un mal qui ronge et rongera encore les sociétés : l’aveuglement des hommes, les mensonges d’État, la résignation, la délation, la corruption. Prose classique, souci du détail, base documentaire certifiée, Le Cycliste de Tchernobyl est aussi monumental que pourrait l’être une stèle à la mémoire de ceux qui vivent dans les zones d’exclusion : les Samosiols. On plonge dans ses entrailles en une longue et lente hallucination.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Novembre 2013

Javier Sebastián participera à la rencontre L’Espagne subit la crise économique, comment les écrivains réagissent-ils ? samedi 16 novembre à la Fête du Livre de Toulon.

Le Cycliste de Tchernobyl
Javier Sebastián
Traduit de l’espagnol par François Gaudry
Métailié, coll. Bibliothèque hispanique, 18 €