Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

F(l)ammes d'Ahmed Madani, à voir au Festival Off d'Avignon du 6 au 29 juillet

Dans la vérité des femmes

• 6 juillet 2017⇒29 juillet 2017 •
F(l)ammes d'Ahmed Madani, à voir au Festival Off d'Avignon du 6 au 29 juillet - Zibeline

F(l)ammes est le second volet d’une trilogie commencée avec Illumination(s), qui met en scène une jeunesse des quartiers populaires qui parle du temps présent, parle d’elle, se montre. Après avoir travaillé avec de jeunes hommes lors du premier spectacle, Ahmed Madani s’est entouré de jeunes femmes natives de ces quartiers, dont il a recueilli la parole pour tresser un récit polyphonique, raconter une histoire qui est à la fois la leur et celle d’une jeunesse qui, bien que faisant partie de « la famille de France », questionne son identité et crie son besoin de reconnaissance.

Anissa et Anissa, Ludivine, Chirine, Laurène, Dana, Yasmina, Maurine, Haby et Inès sont françaises, nées de parents qui ont vécu l’exil, et vivent toutes dans des quartiers populaires. Pour autant leurs histoires, retricotées par Ahmed Madani, ne sont pas de simples brins de vie qui ne seraient là que pour illustrer ces zones urbaines qu’on dit « sensibles » ; elles s’ancrent dans une réalité avec laquelle ces jeunes femmes composent tous les jours, celle d’une société qui lorgne facilement vers le repli identitaire et qui fait de la peur un étendard.

Toutes rêvent d’égalité, de visibilité, de tolérance ; et si elles s’appuient parfois sur les traditions familiales c’est pour les réinventer, les accommoder, les agrémenter de leur vécu de jeunes femmes françaises. Ces bribes de vie, dites, chantées, dansées avec énergie, disent à la fois le souhait et la réalité, une dichotomie qui émaille les récits, touchante et frustrante. La liberté de parole libère-t-elle la liberté d’être ?

La question taraude au sortir de ce spectacle qui devrait interpeller tout le monde. À l’image de cette phrase, prononcée dès le début : « N’aie jamais honte d’où tu viens ». Après tout, n’est-ce pas universel ?

Envers

Un autre spectacle d’Ahmed Madani était présent à Avignon, au théâtre Artéphile*, pour un soir. Fille du paradis peut sembler aux antipodes de F(l)ammes : c’est un monologue, très écrit, joué par une comédienne professionnelle exceptionnelle.

Fille-du-paradis-c-François-Louis-Athénas

Le texte de Nelly Arcan, pourtant, est d’une vérité immédiate : son autobiographie, Putain, est un cri contre le marchandage du corps des femmes. Parce que son éducation religieuse, et le poids de cette sœur ainée morte avant sa naissance et dont elle prendra le prénom en devenant « escort-girl », la maintiennent si loin de la vie, de son corps, elle se prostitue, à la chaîne, et la douleur, le dégoût de soi et des hommes qui cherchent dans son corps si jeune l’image de leurs filles, la traversent. La détruisent. La psychanalyse et l’écriture la soulageront un temps, avant son suicide.

Véronique Sacri, bouleversante, dit ce texte comme un chant. Avec pudeur, colère, larmes, cris, calmement puis à toute allure, modulant ses phrases et nos émotions, disant toute l’horreur d’un monde où le corps des femmes s’achète et se vend. Le spectacle, construit en trois temps, nous fait entrer jusqu’aux tréfonds de son être. Par la lumière, qui se réduit sur son visage, la poursuit et met au jour ses larmes.

Le spectacle, qui tourne depuis trois ans et a été un des grand succès du Off 2015 (lire Féroce Humanité, le retour de Zibeline sur Filles du paradis), jouait ce soir là sa dernière. En principe : si le thème effraie les programmateurs, sa vérité ne leur échappe pas.

DOMINIQUE MARÇON et AGNÈS FRESCHEL
Mai 2017

*Le théâtre Artéphile d’Avignon, ex théâtre du Bourg neuf, a été repris par Anne Cabarbaye et Alexandre Mange qui en ont fait un lieu singulier, au croisement des arts plastiques et du théâtre, avec des ateliers, une résidence, et une programmation à l’année d’expositions et de spectacles.

F(l)ammes a été joué le 21 mars à l’Olivier à Istres, les 16 et 17 mars au Théâtre de Grasse, le 14 mars au Forum Jacques Prévert à Carros, et sera joué du 6 au 29 juillet au Théâtre des Halles durant le Festival Off d’Avignon

Filles du paradis a été joué le 11 mars au théâtre Artéphile, à Avignon

Photos : F(l)ammes © François-Louis Athénas
Fille du paradis © François-Louis Athénas


Théâtre de Grasse
2 avenue  Maximin Isnard
06130 Grasse
04 93 40 53 00
http://www.theatredegrasse.com/


Théâtre de l’Olivier
Avenue Léon Blum
13800 Istres
04 42 56 48 48
http://www.scenesetcines.fr/


Théâtre des Halles
4 rue Noël Biret
84000 Avignon
04 90 85 52 57
http://www.theatredeshalles.com/