Vu par Zibeline

Le très beau film de Françoise Davisse, Comme des lions, rend compte de la lutte ouvrière à PSA Aulnay

Dans la lutte

• 23 mars 2016 •
Le très beau film de Françoise Davisse, Comme des lions, rend compte de la lutte ouvrière à PSA Aulnay - Zibeline

Dans la lutte ou l’apprentissage de la démocratie.

PSA Aulnay. On a tous encore en tête les images, François Hollande en pleine campagne présidentielle en 2012, se déplace, rencontre les ouvriers grévistes, promet : « après le 6 mai, si je suis élu, nous aurons rendez-vous »…

Le mouvement de protestation a commencé en 2011, lorsque les syndicats découvrent le « plan secret » de la direction. Malgré les déclarations rassurantes aux médias, elle a déjà décidé de fermer l’usine, qui pourtant reçoit tous les éloges, tant pour sa productivité que pour la qualité irréprochable du travail effectué, véritable pôle d’excellence… paradoxe sur lequel on ne s’attarde pas, quoique l’on puisse légitimement se demander pourquoi arrêter quelque chose qui fonctionne. Promesses de reclassement des 3000 salariés à l’usine de Poissy pour une moitié et l’autre dans des entreprises autour d’Aulnay… les syndicats, CGT en tête tentent de négocier au mieux les départs et le reclassement.

La caméra de Françoise Davisse suit les deux années de lutte, dont quatre mois de grève. Trois cents heures de rushes, un micro toujours ouvert lors des discussions, des comités, rien n’est à cacher. Le film, —car plus encore qu’un document, il s’agit d’une véritable œuvre filmique, construite, avec un montage précis des séquences— s’attache à la chronologie des luttes, à la mise en évidence des accusations mensongères, relayées par les médias, la manipulation des informations, l’incapacité de l’état à influer sur les négociations, les promesses non tenues, effectue une véritable plongée dans les mécanismes de la lutte ouvrière.

Film d’aventure, d’apprentissage aussi… Les gens apprennent à se battre ensemble, à se parler, à s’écouter, à réfléchir. Ainsi lors des réunions de comité de grève rassemblant deux cents personnes, et un seul micro, pas un bruit ne s’entend, car tous écoutent. Est donné ici, un magnifique exemple de démocratie vécue. Les protagonistes acquièrent une épaisseur, une beauté dans l’action, bouleversantes.

Gagner, on ne sait plus vraiment ce que cela signifie, l’usine est fermée, il y a des primes (un peu plus de 500), des reclassements, mais seuls 1 108 salariés ont été « repris dans le groupe » — contre les 2 270 promis par PSA — et « 1 227 ont été licenciés ». La fierté, — « Nous sommes des ouvriers ! » —, la dignité, la solidarité, le partage, l’élaboration d’une pensée commune, forte, sont indubitablement de gain essentiel. Un hymne à l’intelligence ouvrière. Et c’est très beau.

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2016

Comme des lions de Françoise Davisse a été donné en avant-première au Cinéma 3Casino de Gardanne le 22 février.

Sortie nationale le 23 mars.

Photo © Les Films du Balibari – Françoise Davisse


Cinéma 3 Casino
11 Cours Forbin
13120 Gardanne
04 42 51 44 93
http://www.cinema-gardanne.com