Retour sur le roman d'Owen Matthews, Moscou Babylone, paru aux éditions Les Escales

Dans la jungle moscoviteLu par Zibeline

Retour sur le roman d'Owen Matthews, Moscou Babylone, paru aux éditions Les Escales - Zibeline

«Voici le récit de mon voyage dans un pays aberrant, une zone de distorsion morale où ne surnage plus que l’apparence d’une civilisation engloutie et vidée de son sens. En arrivant ici, je me suis cru dans une fête foraine […]. En réalité, j’ai sombré dans une spirale infernale.» On pourrait penser que celui qui s’exprime ainsi voue une haine farouche à la Russie, et à Moscou tout particulièrement. Or bien au contraire, Roman Lambert aime passionnément la capitale russe, «jamais lasse, toujours en mouvement sous sa couche de peinture, de crasse et d’enseignes publicitaires au néon». En dépit des turpitudes, de la corruption… et du froid hivernal presque insupportable. La preuve, arrivé à Moscou en décembre 1995, en pleine période Eltsine, le jeune Anglais chic et épris d’aventure n’a pas mis longtemps à s’élancer dans les eaux dangereuses de la Russie post soviétique. Car, après des années d’études à Oxford et d’existence plan-plan, comment résister à l’attrait sulfureux des nuits moscovites, du luxe et de la violence ? C’est ce que relate, sur un tempo mordant, Moscou Babylone, le deuxième roman d’Owen Matthews. Une plongée sans concession au cœur d’une capitale qui broie les existences. Où, pour survivre, il faut se forger une carapace en acier trempé ou bien rester à la surface et s’enrichir sans se poser de questions. Owen Matthews, Russe par sa mère (comme son Roman), connaît bien son sujet ; il a longtemps travaillé comme journaliste à Moscou et y réside encore à mi-temps. À travers cette fiction nerveuse, peuplée de personnages attachants et rebutants, il porte un regard aigu sur le pays et ses habitants. Et livre quelques clés pour comprendre (un peu) la Russie contemporaine.

FRED ROBERT
Avril 2014

Moscou Babylone
Owen Matthews
traduit de l’anglais par Karine Reignier-Guerre
Les Escales, 22,50 €

Owen Matthews était en escale dans des librairies du département des Bouches-du-Rhône les 17 et 18 avril

À lire également
Les enfants de Staline, une saga mi familiale mi historique (disponible en 10/18)