La plus précieuse des marchandises de Jean-Claude Grumberg fait ses premiers pas sur scène

Dans la forêt lointaineVu par Zibeline

La plus précieuse des marchandises de Jean-Claude Grumberg fait ses premiers pas sur scène - Zibeline

Le pari n’était pas gagné. Relevé avec brio par son auteur Jean-Claude Grumberg, celui que Claude Roy avait qualifié d’« auteur tragique le plus drôle de sa génération », il ne semblait cependant pas si facile à remporter une fois porté à la scène, ici par les soins de Charles Tordjman. La plus précieuse des marchandises réussit pourtant tout ce qu’elle entreprend sans peine. Le ton emprunté au conte ne dessert jamais la gravité du sujet. Mieux encore : il accompagne, tout en l’adoucissant, le pessimisme à l’œuvre. Si bien que l’on abaisserait volontiers l’âge conseillé aux spectateurs – 12 ans minimum – tant La plus précieuse des marchandises semble destinée à tous, et ne prend jamais le public à revers, ni de haut. Rien ne devrait prêter à sourire dans ce récit d’un pauvre bûcheron et d’une pauvre bûcheronne souffrant de la grande faim et du grand froid de l’hiver. Et tout pourrait sonner faux dans cette histoire d’adoption d’une petite fille, la « plus précieuse des marchandises » dont ait jamais pu rêver cette jeune femme. La plus fragile, aussi : jetée d’un train de la mort par son père, par désespoir, la petite marchandise appartient à ceux que les autres villageois qualifient de « sans âmes ». Adoptée sans hésitation par la bûcheronne, pauvre mais généreuse – Eugénie Anselin, qui frappe juste dans son jeu d’actrice comme dans ses envolées au violon – c’est avec plus de réserve qu’elle se verra accueillie par des figures paternelles – incarnées avec malice par Philippe Fretun. En se frayant peu à peu une place dans cette forêt si peu lointaine, la petite marchandise redore les atours sinistres de ce récit qui joue du fictif pour laisser éclater le vrai. Le décor se fait illustration sonore et mouvante de cette fable devenue intemporelle : la scénographie ingénieuse et élégante de Vincent Tordjman recourt, entre autres, à des vidéos et aux créations sonores de Vicnet. En choisissant de montrer la face lumineuse de cette trajectoire plutôt que de forcer le trait, La plus précieuse des marchandises ne s’en révèle que plus émouvante.

SUZANNE CANESSA
Décembre 2020

Une répétition publique de La plus précieuse des marchandises a été donnée le 28 novembre au Théâtre du Jeu de Paume à Aix-en-Provence

À VENIR
15 décembre 2020 au 3 janvier 2021 au Théâtre du Rond-Point (Paris)
Les 12 et 13 janvier su Théâtre de Esch sur Alzette
Les 31 janvier et 1er février au Nest Théâtre (Thionville)

Le 6 février au Théâtre La Colonne, Miramas
04 90 50 66 21 scenesetcines.fr

Les 10 & 11 février au Théâtre Liberté, Toulon
04 98 00 56 76 chateauvallon-liberte.fr

Du 23 au 28 mars au Théâtre Am Stram Gram (Genève)

Puis en mars au Théâtre de la Criée (Marseille) et en octobre au Théâtre du Jeu de Paume (Aix-en-Provence)

Du 31 mars au 1er avril au Théâtre La Criée (Marseille)
5 au 9 octobre au Théâtre du Jeu de Paume (Aix-en-Provence)

Photo © Antoine de Saint-Phalle

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/

Théâtre de la Colonne
Avenue Marcel Paul
13140 Miramas
04 90 50 05 26
http://www.scenesetcines.fr/

Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/

Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr