Vu par Zibeline

Retour sur Sentiments connus, visages mêlés, le dernier spectacle de Christoph Marthaler

Danke sehr, Herr Marthaler

Retour sur Sentiments connus, visages mêlés, le dernier spectacle de Christoph Marthaler - Zibeline

Sentiments connus, mais rares : ceux de comprendre dès les premières minutes qu’on assiste à un spectacle si réussi et raffiné qu’il faut l’apprécier comme un met qu’on savoure. Visages mêlés : ceux justement qu’on imagine déjà connaître, tant ils habitent la scène, chaque pas est un geste de théâtre, lever un bras, c’est déjà un morceau d’anthologie, un regard, et tout le monde est emporté.

Sentiments connus, visages mêlés est le dernier spectacle de Christoph Marthaler, créé en hommage à la troupe de Frank Castorf, illustre directeur de la Volksbühne à Berlin, qui devra quitter ses fonctions, après 25 ans d’inventions et d’engagements notoires, laissant la place à une autre façon d’investir le théâtre, celle d’un curateur : l’administrateur Chris Dercon (ex patron de la Tate Gallery à Londres) prendra sa suite dès août prochain.

Marthaler, grande figure de la mise en scène depuis 30 ans, a composé un spectacle en forme de magistral adieu : tout sauf solennel, ni triste, ni bilan, c’est un moment d’un temps suspendu, où tout est si intense que tout prend des allures de symbole qui noue les tripes et parle au cœur.

Très peu de mots, mais des chants chorals accompagnés au piano ou harmonium par certains des pensionnaires de cet étrange lieu. Les partitions sont sérieuses : Mozart, Verdi, Haendel. Les paroles sont surtitrées, et le sens suit la direction générale : c’est la fin d’un cycle, ou peut-être même déjà l’après, lorsque tout est derrière, et qu’une nouvelle drôle de vie s’est inventée, sans théâtre, sans plus rien à jouer. Les acteurs sont devenus des pièces de musée, transportées dans des caisses.

On les sort de temps en temps, ils s’échappent et jouent les bribes d’un répertoire oublié, décalé ; un nouveau théâtre émerge. Ceux qui vivent là n’en ressortiront jamais. « On nous oubliera, c’est notre sort, on n’y changera rien », scandent-ils en mesure. Ils sont vieux et poussiéreux, un peu dingues, seuls avec leurs marottes et souvenirs, les interactions sont minimales, et pourtant l’ensemble est si vivifiant, beau, grave, drôle aussi, en un mot, fou, que ce moment crépusculaire prend des allures flamboyantes. Danke, Merci. C’est leur dernier mot. Fracas d’applaudissements. Fin du Printemps des Comédiens.

ANNA ZISMAN
Août 2017

Sentiments connus, visages mêlés a été joué en clôture du Printemps des Comédiens, au Domaine d’O à Montpellier les 30 juin et 1er juillet

Photo : © Walter Mair


Domaine d’O
178 rue de la Carriérasse
34090 Montpellier
0800 200 165
domainedo.fr