Critique: Lugansky souverain au GTP
Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Lugansky souverain au GTP

Dandy solaire

Lugansky souverain au GTP - Zibeline

En costume queue de pie pour un concert dédié à la musique du XIXème siècle, Nicolaï Lugansky proposait au Grand Théâtre de Provence un programme tout en gradation. Si les premières notes de Scènes d’enfants de Schumann hésitent un peu, l’espièglerie du monde enfantin, refuge des époques difficiles que le compositeur traversa, trouve sa pleine expression, du calme des enfants sages à leurs jeux échevelés, leurs bouderies, leurs peurs, leurs tristesses, leurs plaintes, leurs enthousiasmes… l’ensemble empreint d’une douceur nostalgique, paradis perdu auquel s’attachent les rêveries avec le final mélancolique Der Dichter spricht (Le poète parle). Puis c’est l’éclosion du miracle Chopin : délicatesse de la Barcarolle en fa dièse majeur op. 60, avec une main droite qui jongle entre tierces et sixtes, et une main gauche qui couvre plus d’une octave, pour une ligne mélodique souple d’un vibrant lyrisme ; chef d’œuvre romantique, la Ballade n° 4 en fa mineur op. 52 tisse deux thèmes aux variations virtuoses. Mais c’est sans doute dans l’interprétation d’un choix de treize Préludes de Rachmaninov, écho à ceux de Chopin, que la musique de Lugansky atteint son acmé, et le consacre comme l’un (si ce n’est le) plus grand interprète au monde de ce répertoire. La densité de chaque pièce est rendue avec une élégante et intelligente maestria, la beauté tourmentée de ces tableautins est portée par les sonorités graves qui charpentent l’ensemble, lui accordant une puissance sombre et passionnée. Le pianiste arpente tous les remuements de l’âme en une palette subtile. Instants d’éternité. À l’enthousiasme du public il  offrait trois rappels, avec des pièces de Rachmaninov, Chopin et de Nikolaï Kapoustine (seul auteur totalement du XXème) dans laquelle naissent harmoniques et rythmiques de jazz au cœur des élans d’un piano classique virtuose. L’adjectif est faible lorsque l’on évoque de tels interprètes !

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2018

Concert donné le 4 février au GTP, Aix-en-Provence

Photographie : Nicolaï Lugansky © Jean-Baptiste Millot


Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net