Precious ridiculous, ou l'art de transformer un abat-jour en crinoline

D’abat-jour en crinoline…Vu par Zibeline

Precious ridiculous, ou  l'art de transformer un abat-jour en crinoline - Zibeline

Jeanne Béziers emboîte vaillamment le pas à Molière et transforme le titre de la pièce en se moquant de la manie actuelle des anglicismes. Elle a utilisé d’ailleurs pour les chansons une traduction anglaise du XIXe siècle, et c’est succulent ! Nous sommes face à des précieuses modernes qui se plaignent du relâchement de leur peau et de leur poids, se livrent à des séries d’abdos, ne veulent pas s’encombrer des lourdeurs du mariage mais rêvent d’être courtisées. Cela se fait en musique, sur un escalier de bois, clin d’oeil à celui du Music Hall. Jeanne Béziers et Nadine Béchade s’en donnent à coeur joie en Magdelon et Cathos, revendiquant leur liberté de vivre sans mari et se moquent allègrement de Georgibus qui veut absolument les caser. Les deux prétendants éconduits se vengent en poussant leurs valets dans la place. Les donzelles n’y voient que du feu. La séduction se passe en musique dont la composition et les arrangements sont dûs à Martin Béziers. Une musique qui va de la musique de chambre au rock, la musique du diable ! Il faut le voir arriver en Vicomte de Jodelet, chantant la tyrolienne ! Il partage le piano avec Gilles Favreau qui joue Mascarille avec panache. Car c’est à quatre que se joue cette pièce pour 9 personnages ! Et l’on admire au passage les astuces qui permettent de passer rapidement d’un personnage à l’autre comme l’on est séduit par les trouvailles de Christian Burle, créateur des costumes, qui connaît l’art de transformer instantanément un abat-jour en crinoline…

CHRIS BOURGUE
Février 2014

Precious ridiculous s’est joué au Gymnase, Marseille, le 29 janvier et sera dans le Off d’Avignon cet été

Photo : Precious-Ridiculous-c-Nicolas-Hurtevent-et-Cedric-Cartaut.jpg

Théâtre du Gymnase
4 rue du Théâtre Français
13001 Marseille
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/