La renverse d'Olivier Adam : un roman sur les dégats collatéraux du scandale et les blessures incurables

Cure de réveilLu par Zibeline

La renverse d'Olivier Adam : un roman sur les dégats collatéraux du scandale et les blessures incurables - Zibeline

La renverse, ainsi s’intitule le nouveau roman d’Olivier Adam. Comme le précise la définition placée en exergue à l’ouvrage, ce mot désigne une « période de durée variable séparant deux phases de marée durant laquelle le courant devient nul ». Synonyme : l’étale. L’existence d’Antoine, le narrateur, semble en être là, à l’étale. Une existence en retrait, dans une sorte de réclusion volontaire, à peine traversée par un petit travail dans une librairie et une histoire (peut-il vraiment l’appeler ainsi ?) avec Chloé. La nouvelle de la mort accidentelle de Jean-François Laborde va néanmoins casser le cours -ou l’absence de cours- de cette vie sous anesthésie. Ce nom le ramène des années en arrière, quand, adolescent, il vivait à M. avec ses parents et son jeune frère. Laborde, alors maire de la ville, avait été mêlé à une sordide affaire de mœurs. Et sa mère avec lui. La mort de Laborde réactive la mémoire d’Antoine, le lançant sur les routes (il retourne à M. pour les obsèques), à la rencontre d’un passé qu’il a fui et dont il va tenter de dénouer les fils, enfin. Pour enfin, peut-être, pouvoir « commencer à vivre »…

On retrouve avec plaisir les lieux chers à Adam, sa géographie particulière : la mer, toujours, avec ses nuances et ses colères ; la lande battue par le vent ; les banlieues pavillonnaires qui servaient déjà de cadre aux Lisières (2012). On y retrouve aussi un narrateur solitaire, qui a longtemps préféré ne pas voir, ne pas essayer de comprendre. On y retrouve enfin les non-dits familiaux et les blessures incurables des enfances négligées. Du scandale qui a inspiré le roman Olivier Adam montre précisément les dégâts collatéraux, chez certains des enfants en particulier. Il débusque également l’hypocrisie et le cynisme de la bourgeoisie bien-pensante. Une charge violente, et parfois glauque, contre les familles « convenables » et les dessous de certaines politiques locales.

FRED ROBERT
Mars 2016

La renverse
Olivier Adam
Éditions Flammarion, 19 €