Le ballet Extremalism accueilli avec enthousiasme par le public marseillais

Corps pour corps

Le ballet Extremalism accueilli avec enthousiasme par le public marseillais - Zibeline

Le très attendu ballet Extremalism n’a pas déçu le public marseillais qui l’a accueilli avec enthousiasme. Créée à Amsterdam en juin puis présenté à Montpellier Danse, la chorégraphie d’Emio Greco et Peter C. Scholten réunit 24 danseurs du BNM (Ballet National de Marseille) et 6 danseurs d’ICKamsterdam, compagnie qu’ils ont créée en 2009, mettant ainsi en pratique leur désir de construire un pont entre la France et la Hollande. Nommé à la tête du BNM en 2014 l’inséparable duo affirme son implantation sur le terrain en renforçant les projets d’actions culturelles visant à mettre la danse au plus près des marseillais, en les invitant à des répétitions ou des ateliers participatifs par exemple. (voir https://www.journalzibeline.fr//programme/la-parole-au-corps/)

Extremalism commence sur une scène nue plongée dans le noir, des éclairages braqués sur les spectateurs et un bruit d’explosion. Le climat de tension, d’inquiétude ainsi créé perdurera jusqu’à la fin. Car le spectateur est entraîné à la suite des danseurs ; il les soutient, s’essouffle et s’épuise avec eux, puis rebondit, comme eux. Il assiste à la saga d’humains sauvages venus du fonds des âges, à la conquête du corps, de l’espace, du territoire. Puissants et énergiques, les danseurs évoluent dans un parfait ensemble sur un matériel sonore qui varie de la musique classique (on reconnaît un mouvement du Printemps de Vivaldi) à de la musique électronique avec une composition originale de Valgeir Sigurðsson, célèbre compositeur islandais, et un design sonore de Peter C. Scholten, entrecoupés de silences occupés seulement par les souffles. Quelques mots fusent parfois parmi les danseurs, puis une voix, celle du chanteur Jodie Landau. Au-dessus de leurs têtes un immense anneau lumineux conçu par Henk Danner tourne imperceptiblement symbolisant la marche du temps ; il descend et se pose en oblique un long moment, les enserre presque, puis remonte. La danse se déploie en longues vagues rythmées et parcours obliques, avec des sauts, des battements, de grands moulinets de bras marquant l’urgence, alternant avec des retours apaisés à la lenteur. Parfois certains personnages semblent se provoquer. Se disputent-ils le pouvoir, leur survie ? Quelques tentatives de couples ne sont pas abouties, c’est le corps tribal qui est privilégié et qui cherche à conquérir sa raison d’être au monde. Un ballet en forme d’interrogation sur notre destin d’humain.

CHRIS BOURGUE
Octobre 2015

Extremalism s’est donné à La Criée les 16, 17, 19 septembre

Photo : Extremalism -c- Alwin Poiana

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/