La 1ère symphonie de Lionel Ginoux marque les esprits lors de sa création à l'Opéra Grand Avignon

Corps accords symphoniques !Vu par Zibeline

• 15 janvier 2016 •
La 1ère symphonie de Lionel Ginoux marque les esprits lors de sa création à l'Opéra Grand Avignon - Zibeline

La pièce s’achève dans une atmosphère à la fois sobre, douce et douloureuse : un tissu de cordes conduit par les alti qui s’oublie dans un ultime accord, espèce de réminiscence « picarde », néo baroque, en queue de symphonie moderne ! La Première Symphonie dite « Dualités » de Lionel Ginoux vient d’être créée à l’Opéra Grand Avignon : on est le 15 janvier 2016. Et l’œuvre est à la fois pointue et attrayante : fourmillante, contemporaine quant à son langage, mais tout à fait accessible aux oreilles du commun des mélomanes. Le tout nouvel opus, comme le précise son auteur, oscille « entre tradition et modernité »… et c’est somptueux !

Conçue en périodes qui s’emboîtent dans un vaste et unique mouvement, la musique émerge, de pupitre en pupitre dans l’espace orchestral, au fil d’un long thème continu, mâtiné de trames harmoniques, textures jouant de la dissonance et de la consonance, de clusters étirés, pulsations animées, de motifs obsédants, voire sarcastiques, de solos percussifs, et passe habilement d’une tension sonore en climax lumineux à des sonorités suaves distillées à la frontière du silence…

In Memoriam
Lionel Ginoux explique qu’il a puisé son inspiration dans les mouvements du ballet  In Memoriam de Sidi Larbi Cherkaoui , créé pour les Ballets de Monte-Carlo sur des polyphonies corses (A Filetta). De fait, on imagine, tout au long d’une écoute attentive, les jeux des corps qui s’attirent et se frôlent , les arabesques, oscillations et tournoiements de robes en fleurs printanières… ou, dans la coda, lorsque les danseurs se dressent sur pointes, un rituel lyrique, funèbre, hypnotique… Superbe ! Et l’on adhère pleinement aux propos du chef d’orchestre Samuel Jean, à la tête de l’Orchestre Régional Avignon Provence (commanditaire de la symphonie) qui affirme que Lionel Ginoux est « l’un des meilleurs jeunes compositeurs actuels » (vivant à Marseille et originaire de Châteaurenard). A suivre donc !

Lionel Ginoux

On ne s’étendra pas en revanche sur la seconde partie du concert qui affichait la Messe en la bémol de Schubert, car, malgré un honnête travail fourni quant à la mise en place, le chœur (près de 80 amateurs) destiné à seconder les musiciens et solistes professionnels, n’a pas été à la hauteur de la prestation attendue (voix raides de sopranos couvrant les autres pupitres, chant sans véritables nuances ni mise en valeur du texte liturgique, timbres blancs et criards…). Décevant !

JACQUES FRESCHEL
Janvier 2016

Photos : Orchestre Régional Avignon Provence D.R. – In Memoriam © Koen Broos – Lionel Ginoux D.R.

Opéra-Théâtre du Grand Avignon
1 Rue Racine
84000 Avignon
04 90 82 81 40
http://www.operagrandavignon.fr