Retour sur le récital de Caroline Sageman et de Sarah Jégou-Sageman à la Criée

Cordes chantéesVu par Zibeline

Retour sur le récital de Caroline Sageman et de Sarah Jégou-Sageman à la Criée  - Zibeline

Connues, voire rebattues, les pages écrites pour piano et violon n’en sont pas moins passionnantes, et recèlent de nombreuses difficultés au-delà de leurs exigences techniques. Les qualités d’interprétation hors pair de la pianiste Caroline Sageman et de sa nièce Sarah Jégou-Sageman sont indéniables ; mais la complicité des deux artistes, et la complémentarité souvent inouïe de leurs échanges font de leurs concerts des moments tout bonnement exceptionnels, portés par un supplément d’âme évident. Sur la Sonatine en ré majeur de Schubert, la ligne encore mozartienne semble s’échapper des harmonies du piano vers le son pur, et le phrasé plus limpide encore de la jeune violoniste. L’aînesse du piano mène la danse, mais avec bienveillance, et sait se mettre quand il le faut en retrait. Le chant s’immisce, mais le violon ne se fait pas pour autant soliste. Il s’effacerait même presque dans le grave, pour mieux ressurgir sur des tenus souverains dans l’aigu. Sur la Sonate en si bémol de Mozart, le piano se fait lame de fond. Mais de l’onctuosité des trilles à la souplesse des cadences, en passant par la finesse du staccato, c’est la même intention qui se fraie dans le moindre des traits. La maîtrise n’exclue cependant pas une émotion d’autant plus vive qu’elle ne semble jamais feinte. La célébrissime Sonate dite du Printemps de Beethoven convoque un tragique d’une rare profondeur sans effort apparent. Les rosalies arpégées se répondent d’un instrument à l’autre dans un jeu savant et ludique de questions et de réponses, qui n’exclue pas la récurrence bienvenue d’instants suspendus. Sur les Variations opus 15 de Wieniawski, les musiciennes s’aventurent sur le terrain de la virtuosité avec un plaisir communicatif. Celui-ci n’entamera pas la mélancolie du Ständchen de Schubert, dédié en bis en guise de remerciement à Suzanne Gambini et au label Lyrinx, partenaire de la soirée. Reconnaissance que le public, très enthousiaste, a bien raison de partager.

SUZANNE CANESSA
Mars 2020

Concert donné le 3 mars à La Criée, Marseille

Photo Caroline Sageman © Michel N’Guyen

La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/