Vu par Zibeline

Retour sur Faÿas et Poussière, créés en novembre par le collectif La Palmera à La Passerelle à Gap

Conte initiatique et fable politique

Retour sur Faÿas et Poussière, créés en novembre par le collectif La Palmera à La Passerelle à Gap - Zibeline

Le collectif La Palmera a créé deux spectacles à Gap, adressant aux enfants et aux adultes deux apologues contemporains, ancrés dans des royaumes étranges

C’est un îlot de tulles, tissus et plastiques épars qui fait territoire pour cette reine – mais aussi roi- fantasque et hystérique de ce royaume aux deux sujets. Qu’est-ce que gouverner quand il n’y a pas de peuple puisque les trois représentants suffisent ? Telle est la trame souterraine et enfouie de Faÿas où l’auteure et metteure en scène Néry Catineau veut chercher « l’endroit où l’homme, plus altruiste qu’égoïste, convertit les élans vers son prochain plus en bienfaits qu’en méfaits ».

Faÿas est donc une fable sur l’exercice du pouvoir et sur la liberté, entre Le petit prince et La vie est un songe, mais qui n’atteint pas vraiment l’universalité de l’un ou la fantaisie dramatique de l’autre.

Le propos, métaphorique, se dilue dans un verbe dont on ne saisit pas toujours le sens. Pourtant le spectacle fascine, par ses trois puissant(e)s comédien(ne)s, ses lumières et ses sons de hautes volées, la subtilité de ses vidéos jusqu’au final sublime d’une reine en feu.

Poussière(s), destiné aux enfants, est plus immédiatement lisible. D’autant que le texte de Caroline Stella est servi par la mise en scène et la scénographie de Nelson-Rafaell Madel : les espaces y sont délimités, une échelle et un fauteuil permettent de figurer les fenêtres, les huis clos, les dominations.

Car Poussière est une jeune fille qui a peur de partir du moulin de son père, qui la gâte et la retient. Conte sur l’émancipation, sur la cruauté ambiguë des pères, sur la nécessité de l’expérience et de l’exogamie, sur la peur de partir, aussi, et la naissance du sentiment amoureux, Poussière(s) est servi par des comédiens jeunes, enthousiastes et animés d’une belle fantaisie, ainsi que par la musique live de Nicolas Cloche qui, comme dans Faÿas, rythme le spectacle et l’ancre dans une mémoire ancienne…

Le collectif marseillais, qui fera partie des artistes associés au Merlan l’an prochain, ne manque pas de talents à cultiver !

RÉGIS VLACHOS ET AGNÈS FRESCHEL
Décembre 2017

Faÿas et Poussière(s) ont été créés à La Passerelle, scène nationale de Gap, du 15 au 18 novembre

Photo : Poussière(s) © Damien Richard


Théâtre La Passerelle
137 boulevard Georges Pompidou
05000 Gap
04 92 52 52 52
http://www.theatre-la-passerelle.eu/