Juan Carmona et Catherine Lara en double concert aux Musicales de la Font de Mai

ConfluencesVu par Zibeline

Juan Carmona et Catherine Lara en double concert aux Musicales de la Font de Mai - Zibeline

Après les premières soirées plébiscitées par un public enthousiaste, séduit par la folle salsa de Tamayo, deux « monuments », précisa Sylvia Barthélémy*, initiatrice des Musicales, Catherine Lara et Juan Carmona, venaient enchanter le cadre naturel de la Font de Mai. Décor en épure, voiles blanches tendues et colonnades discrètes, cigales et histoires, depuis les antiques récits à ceux de Pagnol (indissociable des chemins du Garlaban). Dans ce vallon frais, niché entre les montagnes, la musique trouve sa place, avec une évidence rare.

Les artistes se succédèrent sur scène avant de se rejoindre sur des morceaux communs.
La guitare flamenca éblouissante de technicité et d’invention de Juan Carmona offrait un premier solo : son plein, velouté, accentuations puissantes, tempi exacerbés, jeu percussif, puis errances rêveuses qui ourlent l’air doux de l’été. Le rejoignaient sur scène Domingo Patricio à la flûte traversière et aux claviers, El Bachi à la basse, Kike Terron aux percussions. Aux variations du grand flamenquiste, chaque instrumentiste apportait sa verve. À l’instar d’un concert de jazz, des temps étaient ménagés afin que la virtuosité soliste de tous soit mise en valeur. Le velours de la guitare amplifie le chant des cigales, dont le rythme ostinato s’efface devant celui des percussions, ou de la basse qui souligne les temps avec énergie, tandis que la flûte traversière nous ramène à l’univers des vieux films de Lelouch : futilité des choses de la vie, sous tendue de profondeur. Juan Carmona semble ne jamais avoir fini d’explorer les possibilités de sa guitare, joue, comme en duo avec lui-même, se laisse aller au gré de ses intuitions et nous embarque dans les replis de son imaginaire. Pas de virtuosité gratuite, elle est, tout simplement, au service de l’émotion, du récit que narrent les phrases musicales…

Tradition, modernité ? Peu importe ! Catherine Lara insistera lors de sa présentation, « il n’y a pas la grande et la petite musique, mais la musique tout court… et on en a tellement besoin dans cette société un peu tendue »… Accompagnée de musiciens classiques aux brillants parcours, Cyril Lehn (piano),  Christian Brière (violon), Isabelle Sajot (violoncelle), Patrice Carmona (voix, aux superbes modulations), cette artiste généreuse proposait un florilège de ses chansons, dont la poésie et l’humanité se nourrissent d’une partition musicale travaillée en diamant, glissant contre-chants et harmonies avec finesse. Inspirations tzigane, celtique, andalouse, se croisent, nous disent l’infrangible magie du monde, les destins d’êtres chers que l’art retient encore un peu dans les rets des mots et des notes. Il faut cependant savoir effacer, user de La craie dans l’encrier, et accepter de « perdre la mémoire pour se retrouver »… Palette d’émotions qui transporte le public, avant le bel hommage à Léo Ferré, pour lequel Juan Carmona retrouve Catherine Lara sur scène. Accord entre la voix de la chanteuse/ violoniste et les textes du poète… Avec le temps, Jolie môme… réponse aux paroles des Romantiques, « la musique comme la poésie va réinventer la vie »… Poésie qui trouve sa conclusion avec l’hymne de Goran Bregovic à son pays, tout de douceur nostalgique. Les musiques se rencontrent, se mêlent, et fondent un nouvel art poétique irisé des couleurs du monde…

MARYVONNE COLOMBANI
Juillet 2018

Concert donné le 29 juillet dans le cadre des Musicales de La Font de Mai, Aubagne.

*Sylvia Barthélémy, Présidente du Territoire d’Aubagne et du Pays de l’Etoile, vice-présidente du Conseil départemental des Bouches-du-Rhône.

Photographies : Catherine Lara / Juan Carmona La Font de Mai 2018 © MC

En prolongement

Le dernier CD de Juan Carmona, Perla de Oriente, comprenant 11 morceaux, enregistrés lors de sa dernière tournée en Asie nous ramène au voyage, entre la maison du thé, un lever de soleil ou les beautés de la Mer de Chine. Rumbas, bulerias, tangos, balade… une série de petits bijoux à déguster.