J’entends des regards que vous croyez muets d'Arnaud Cathrine : 65 textes courts aux éditions Verticales

Complicités

Vérifier les jours off sur la période
J’entends des regards que vous croyez muets d'Arnaud Cathrine : 65 textes courts aux éditions Verticales - Zibeline

Le dernier livre d’Arnaud Cathrine n’est pas un roman, ce n’est pas non plus un journal intime, encore moins une chronique sociale… La particularité de ces 65 textes très courts, à deux ou trois exceptions près, c’est qu’ils sont présentés dès le prologue comme des larcins : « Je passe mon temps à voler les gens », c’est-à-dire que, carnet en mains, Arnaud Cathnrine observe ses contemporains. Ensuite il leur invente une histoire. Pour cela il mélange les genres. Certains textes sont construits comme des scènes avec didascalies et dialogues, d’autres ont un souffle plus romanesque ou une rigueur quasi scientifique.

Nous voilà à sa suite devenus voyeurs, non seulement de ces gens qu’il suit et observe, mais de la relation subtile qui s’établit entre celui qui est vu et celui qui voit, puis entre celui qui écrit et celui qui lit. Nous devenons complices de ce jeu de miroirs et en éprouvons un plaisir certain. Arnaud Cathrine crée des fictions qui dévoilent ce qui l’émeut ou le révolte, entre déambulations dans Paris à pieds ou en métro, ses échappées au bord de l’océan sur les plages de l’enfance, les terrasses des cafés et même sur le divan de son psychanalyste qui est d’ailleurs le seul qu’il ne vole pas puisqu’il le paie « pour être autorisé à tout dire ». Des personnages de la vie de tous les jours défilent : la caissière du supermarché, le voisin handicapé, l’ado mal dans sa peau, le couple en rupture, les vieillards en prise avec la solitude, les femmes dont un divorce a réduit le niveau de vie… On est séduit par cet adolescent, nouveau Tadzio, qui « dort et dore » sur la dune du Pilat dans Le petit naturiste ou surpris, une page tournée, par le surgissement de Marguerite Duras sur la côte normande et de son dialogue avec l’auteur. Mais frustré aussi quand les histoires s’arrêtent, brutalement. Arnaud Cathrine a ce talent : susciter le désir, séduire, créer le manque. En même temps, il se livre et se délivre.

CHRIS BOURGUE
Avril 2019

J’entends des regards que vous croyez muets
Arnaud Cathrine
Verticales, 18 €