Vu par Zibeline

Princesse, Vieille Reine, véritable éloge de la femme, signé Marie Vialle et Pascal Quignard

Comme suspendu aux lèvres

Princesse, Vieille Reine, véritable éloge de la femme, signé Marie Vialle et Pascal Quignard - Zibeline

Marie Vialle est un diamant taillé sur mesure par la main experte de Pascal Quignard. En fine connaisseuse de ses pièces -elle a mis en scène Le nom sur le bout de la langue et Triomphe du temps-, elle s’est laissé polir par le rythme de ses mots pour mieux en épouser le souffle baroque, traversée par la puissance des sentiments et la cruauté de la vie, entre désir et abandon, viol et repentir, mélancolie et colère, sexe et remords. Avec sa voix délicate au phrasé chaloupé, elle occupe le plateau tout entier de sa présence sensuelle, silhouette gracile et regards profonds. De sa gestuelle maniérée mais jamais minaudière.

Troublante Marie Vialle qui porte sans frémir sur ses frêles épaules le destin de toutes les princesses et de toutes les « vieilles reines » peuplant l’imaginaire de l’auteur : amoureuses, épouses, amantes, concubines aux doux noms exotiques. Aimées à la folie, jalousées, esseulées, répudiées, admirées, bannies… leurs trajectoires sont étincelantes et sombres à la fois car les contes sont trompeurs. La mort toujours rôde autour de l’amour. La comédienne rend hommage à ces héroïnes intemporelles par sa beauté, son jeu juste, ses gestes suspendus, son chant. Et les précieux détails de son langage corporel : une main qui tremble, une volte-face, un croassement nocturne, une épaule dénudée.

Elle s’habille et se déshabille, se coiffe et se décoiffe à chaque « renaissance », change de parures au gré des contes et des princesses, farfouillant dans un vieux ballot quelques pièces de tissu miroitantes, des piques pour cheveux ou des corsets. Dans une sorte de ballet perpétuel. Princesse, Vieille Reine ressemble à une toile abstraite de Zao Wou-Ki avec ses blancs et ses respirations intimes, ses nuages colorés et sa calligraphie lyrique. C’est un magnifique éloge de la femme.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2017

Princesse, Vieille Reine a été joué les 3 et 4 février au Liberté, scène nationale de Toulon

Photo : © Richard Schroeder


Théâtre Liberté
Grand Hôtel
Place de la Liberté
83000 Toulon
04 98 00 56 76
www.theatre-liberte.fr