Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Pour Ethan et Avec Anastasia, deux portraits d'adolescents saisis sur le vif par Mickaël Phelippeau

Comme ils sont beaux nos ados !

• 27 février 2016 •
Pour Ethan et Avec Anastasia, deux portraits d'adolescents saisis sur le vif par Mickaël Phelippeau - Zibeline

Mickaël Phelippeau fait partie de la Bande, celle que Francesca Poloniato a constituée en arrivant à la direction du Merlan. Des artistes, trentenaires, qui travaillent autrement l’écriture. Pour Ethan et Avec Anastasia sont deux portraits d’adolescents saisis sur le vif. Comme tout portrait ils mettent en scène le réel, choisissent l’angle, la lumière, la matière qu’ils veulent exposer. Mickaël Phelippeau a rencontré Ethan, il y a dix ans. Un jeune garçon qui chantait en breton, dansait, jouait au basket. Il est devenu à présent un adolescent de 16 ans, au corps précis, mais un peu maladroit comme tous ces garçons dont les déplacements montrent que leur enveloppe trop grande reste encore inconnue. Lui, seul en scène, dessine l’espace d’un terrain de jeu, dribble, s’entraîne, et les passes peu à peu deviennent des danses, et lorsqu’il se met à chanter aigu comme l’enfant qu’il était, puis avec sa voix muée d’adulte, on saisit, comme dans un portrait peint, quelque chose de son être. C’est émouvant, surtout quand Mickaël Phelippeau vient danser près de lui fugacement, et qu’on perçoit ce qui les rapproche et les sépare : un corps jeune en pleine vitesse et amplitude, un corps plus mature qui plus doucement courbe ses nuances… Quoi de mieux pour faire voir la jeunesse ?

Celle d’Anastasia est plus bavarde, extravertie, drôle. Franco-Guinéenne, elle raconte son arrivée en France, suggère la violence de la guerre à laquelle elle a échappé, campe un concours de jeunes Miss, hilarant, danse le coupé-décalé, joue avec son mobile, fait sentir tout le poids d’une grand-mère africaine qui vénère son fils et offre une casserole à sa petite fille… Anastasia est une sacrée comédienne ! Et son portrait, moins nuancé que celui d’Ethan, finit par une apothéose annoncée, la danse de ses cheveux, immenses nattes blondes tressées qu’elle porte, dit-elle, comme un voile, mais qui loin de la cacher révèlent aux jeunes filles hilares du quartier que la liberté peut se saisir à bras le corps !

AGNÈS FRESCHEL
Février 2016

Pour Ethan et Avec Anastasia ont été joués au Merlan, Marseille, les 23 et 24 janvier ; Pour Ethan sera donné au Théâtre d’Arles le 27 février

Photo : Avec Anastasia © Mickaël Phelippeau


Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com

 


Théâtre le Merlan
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
http://www.merlan.org/