La 15e édition de Tendance Clown a bien eu lieu !

Clownus subversusVu par Zibeline

La 15e édition de Tendance Clown a bien eu lieu ! - Zibeline

Malgré les contraintes sanitaires pesant lourdement sur le secteur culturel, le festival Tendance clown a résisté à Marseille.

La 15e édition de Tendance Clown a bien eu lieu, contre vents et marées, en s’adaptant aux consignes sanitaires fluctuantes, aux divers arrêtés préfectoraux et à la mise en place du couvre-feu à Marseille. Des contraintes pesantes qui ont donné une tonalité bien particulière aux représentations, le public accueillant avec une joie détonante les piques des artistes contre l’incohérence des autorités, et reprenant en chœur un air ironique et fameux, renommé pour l’occasion Merci Préfet

Pour l’ouverture du festival, Patrick de Valette a apporté l’explosive punkitude des Chiche Capon. Hobobo, sa conférence philosophique sur le sens de la vie, s’est achevée en apothéose : une chorégraphie Hare Krishna du feu de Dieu, en string, suffisant par miracle à dissimuler des pétales de fleurs qu’il jetait par poignées dans le public. Ledit public le portant à pleines mains d’un bout à l’autre de la salle, comme dans un concert échevelé, éructant « je suis négatif, je suis négatif ! ». Il faut dire qu’il avait commencé son allocution par une grande chronologie de l’apparition des êtres vivants sur Terre, rien de tel pour chauffer l’ambiance. « Les cellules, qu’est-ce qu’elles branlent toute la journée il y a 3,8 milliards d’années ? Elles bouffent des acides ! » Puis de mimer le vélociraptor, avant d’arriver à la transformation de l’homo erectus en homo economicus… Avec une telle mise en perspective, rien d’étonnant à ce qu’on en soit arrivé à une période aussi bizarre : « Attention, a-t-il prévenu, après le spectacle, vous allez vous retrouver dehors. Faites gaffe, rien n’a changé ! »

Le 10 octobre, le Daki Ling a accueilli Fred Tousch, autre grand loufoque, incarnant cette fois une Fée toute de paillettes, ailes ourlées, boucles blondes et santiags bleues. Cristalline, venue en chevauchant un albatros qui ne cache pas sa rage à l’encontre des humains (« Ils nous font bouffer du plastique ! »), reconnaît que pour son peuple, ce n’est pas une promotion de nous rendre visite (« Votre monde, en matière de féérie, ne fait plus rêver. D’ailleurs vous allez tous bientôt crever. »). Ce qui ne l’empêche pas, pleine de bonne volonté, d’apporter une solution en usage dans l’au-delà pour apaiser les conflits : si tout le monde porte des sandales avec chaussettes, c’est beaucoup moins facile de se prendre au sérieux. Faisant un joli usage du langage, avec de farfelus imparfaits du subjonctif, cette fée a l’air de s’y connaître en anthropologie et dérives contemporaines. Qu’elle décrive un Mont Saint-Michel en train de s’enfoncer dans l’eau, avec ses 80 distributeurs d’argent et son restaurant à 90€ l’omelette, ou qu’elle multiplie les références corrosives  au personnel politique français, ses remarques touchent juste.

Une critique de notre société ultra-libérale présente aussi chez le Collectif Xanadou, venu le 17 octobre avec sa Ferme des animals, librement adaptée de l’ouvrage de Georges Orwell. Spectacle habituellement joué dans des structures coopératives agricoles, où l’on voit une équipe de néo-managers « révolutionner » les procédures, en commençant par raser la ferme, pour construire un espace de coworking entouré de mangeoires électrifiées, avec caméras de vidéo-surveillance et miradors. Il ne faudrait pas que s’invitent des animaux sauvages, renommés « espèces en voie de développement »… La pièce se double d’une réflexion sur l’autogestion, assez honnête pour ne pas taire ses difficultés, voire ses impasses. Vivre et travailler dans une troupe libertaire n’est pas un long fleuve tranquille !  Les réunions sont interminables. D’ailleurs, il arrive qu’un comédien craque, et réclame un chef à corps et à cris. Ce qui est vraiment très drôle, c’est que personne ne veut se dévouer…

GAËLLE CLOAREC
Octobre 2020

Tendance Clown a eu lieu du 1er au 18 octobre à Marseille

Photo : La ferme des animals, Collectif Xanadou © Thomas Lamy

Daki Ling
45 A rue d’Aubagne
13001 Marseille
04.91.33.45.14
http://www.dakiling.com/