Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Ouverture de Mars en baroque avec deux maïtres du contrepoint : Bach et Frescobaldi

Claviers en duel

• 3 mars 2019 •
Ouverture de Mars en baroque avec deux maïtres du contrepoint : Bach et Frescobaldi  - Zibeline

La couleur est annoncée dès l’introduction : le concert se présente comme un enchevêtrement de plaidoyers, successivement en faveur du Kapellmeister ou du maître italien qui l’aura tant inspiré. Chaque musicien incarne ainsi un compositeur. Jean-Luc Ho s’empare de pages de l’Art de la fugue scrupuleusement choisies : au clavecin, mais aussi par intermittence à l’orgue, il rend limpide la richesse d’écriture de Bach, la lisibilité et l’évidence des traits, la générosité des lignes qui s’animent comme autant de voix humaines. Face à lui, Jean-Marc Aymes occupe plus souvent le banc du grand orgue du Temple de Grignan que le tabouret du clavecin, et donne à entendre de là-haut l’architecture contrapuntique plus sinueuse et les couleurs plus opaques de Frescobaldi, que le son continu des tuyaux met mieux en évidence que les cordes pincées. À l’opulence des ornements de l’un répond la largeur des trilles de l’autre ; à l’onctuosité des phrasés succède un traitement lyrique, italianisant, des dissonances ; la pureté thématique du premier ne met que davantage en évidence l’étrangeté harmonique à l’œuvre chez second ; la vitalité rythmique précède enfin souvent une atmosphère plus contemplative. Le temps du très beau « Capriccio di durezze » et de son saut de quinte en ré majeur, on songera évidemment au célébrissime thème de l’Art de la Fugue tant décliné précédemment, mais également à ces jeux de chromatisme et d’imitation qui hanteront l’œuvre du continuateur allemand. Sous les doigts experts des deux musiciens, c’est moins à Un Art de la Fugue, comme l’annonce le nom du concert, qu’à une célébration du contrepoint que l’on assiste : encadré par deux mouvements de la Sonate BWV 527, le programme s’articule, au fil de symétries et de mutations harmoniques, comme la musique profondément contrapuntique et dialectique à laquelle il se consacre. Un beau moment d’éloquence musicale !

SUZANNE CANESSA
Mars 2019

Un art de la fugue a été donné le 3 mars au Temple Grignan, à Marseille, dans le cadre de Mars en Baroque

Photo: Jean-Luc Ho c X-D.R_