Les oeuvres d'Ugo Schiavi à voir au Musée Réattu d'Arles

Chimères au RéattuVu par Zibeline

• 6 décembre 2021⇒15 mai 2022 •
Les oeuvres d'Ugo Schiavi à voir au Musée Réattu d'Arles - Zibeline

Le musée arlésien met entre parenthèses la photographie pour renouer avec des projets plus plasticiens. Ugo Schiavi inaugure cette nouvelle étape avec une proposition sur fond dystopique.

«  Ces dernières années nous avons beaucoup fait pour la photographie. Il ne faut pour autant pas oublier la longue tradition d’expositions de sculpture avec Armand, César, Niki de Saint-Phalle… On revient là à l’idée du projet in situ avec un artiste en résidence sur un temps long de création, de production et d’installation pour entrer en écho avec le lieu » annonce en préambule Andy Neyrotti, commissaire de l’exposition. Juste après le passage obligé par les collections permanentes, nous sommes mis d’emblée face à d’inquiétantes chimères que ne renierait pas une science-fiction de fin du monde. Partant du patrimoine ancien arlésien, antique et médiéval, Ugo Schiavi s’est nourri des mythes qui hantent les lieux, tel le Drac, dragon supposé vivre sous le bâtiment des Chevaliers de l’ordre de Malte, ou des gargouilles effrayantes (suggérant le titre de l’exposition, Gargareôn) et a largement intégré la présence qu’occupe le Rhône dans la ville. Utilisant la technique du moulage sur place et inspiré du phénomène du plastiglomérat (amalgame de roches délitées avec du plastique et différents déchets dans la mer) ses Gorgones deviennent aussi séduisantes, avec leurs couleurs acidulées, qu’artificielles et inquiétantes. Avec Léviathan, une installation/fontaine alimentée d’eau bien obscure, l’artiste travaille encore davantage la dégradation et la part douteuse des apparences à l’instar des trois gargouilles aux relents de chiens écorchés suspendues au-dessus de nos têtes.

Dans la dernière création, le captivant Main-Stream-Memory, film en images de synthèse co-réalisé avec Jonathan Pêpe, le Rhône n’engloutit pas que des vestiges (le buste de César, le chaland romain, un bout du Pont aux Lions, Gargareôn-Navigator, une œuvre présente dans l’exposition) mais charrie autant déchets et pollutions sur fond industriel. Nous touchons à l’avertissement ancestral du memento mori. Faut-il que ce soit la fiction dystopique qui fasse se rejoindre les préoccupations patrimoniales avec les impératifs environnementaux et sociétaux actuels. Dans le numéro 451 de la revue Semaine des éditions arlésiennes Analogues, Andy Neyrotti revient sur la genèse du projet, la démarche de l’artiste et les différentes œuvres créées pour l’occasion. On applaudit ces retrouvailles réussies avec le choix de la sculpture, qui appelle nécessairement une suite.

CLAUDE LORIN
Décembre 2021

jusqu’au 15 mai
Musée Réattu, Arles
museereattu.arles.fr

Photo : Ugo Schiavi, Favet Neptunus Eunti, 2021 © François Deladerrière 2021

Musée Réattu
10 rue du Grand Prieuré
13200 Arles
04 90 49 37 58
http://www.museereattu.arles.fr/