Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Ma Reine, roman initiatique de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L’iconoclaste

Chevalier sur le plateau

Ma Reine, roman initiatique de Jean-Baptiste Andrea aux éditions L’iconoclaste - Zibeline

Scénariste et réalisateur depuis une quinzaine d’années Jean-Baptiste Andrea s’est lancé dans l’écriture de son premier roman avec une sorte d’évidence : de son propre aveu le livre s’est écrit en deux mois. Il l’a porté en lui depuis son enfance passée dans cette partie de la Haute Provence, celle de la vallée de l’Asse, plus austère et rude que sa partie méridionale. Cela se passe en 1965, une année où ni le téléphone portable ni internet n’existaient, où l’on pouvait se fondre dans la nature. Le narrateur est un jeune garçon de 12 ans, un peu différent des autres, « attardé », comme dit sa mère. Il ne va plus à l’école et passe ses jours dans la petite station-service isolée de ses parents. On ne parle pas beaucoup dans cette famille, « on s’était déjà tout dit ». Pour prouver qu’il est un homme il part faire la guerre, comme à la télé, vêtu de son blouson Shell, trop grand pour lui. Sur le plateau, pas de soldats ni de batailles, mais des cailloux et le ciel. Puis une fille, Viviane. Son âge. Elle se déclare sa reine et il devient son chevalier. Elle l’écoute et lui raconte sa vie dans le château qu’elle s’invente. Pendant qu’il attend ses visites, réfugié dans une cabane de berger, Shell (c’est le nom que Viviane lui a donné) se remémore son seul ami et les moqueries cruelles des autres élèves à l’école. Il le dit dans sa langue, naturelle et naïve, et il évoque les situations avec une « logique » qui lui est personnelle. Un jour Viviane ne vient pas, ni les suivants. Malade, il est sauvé et recueilli par un berger presque muet et son chien. Cependant Viviane réapparaîtra… Les rencontres de Schell l’ont mis sur le chemin de la vie : il décide de « devenir un homme tranquillement ». L’auteur nous fait avancer dans ce roman d’initiation avec une grande délicatesse. Sa compréhension des êtres blessés par la vie, son empathie, séduisent et touchent le lecteur, ébranlé par une fin qui reste en suspension.

CHRIS BOURGUE
Novembre 2018

Ce roman, qui a obtenu le Prix Femina des lycéens et celui du Premier roman en 2017, fait partie de la sélection du Prix littéraire des lycéens 2018-2019.

Ma Reine
Jean-Baptiste Andrea
L’iconoclaste, 17 €