Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Du baroque au contemporain, musiques pascales au Méjan

Chemin de Croix ?

Du baroque au contemporain, musiques pascales au Méjan - Zibeline

Quatre journées couvrant les époques romantique, classique, baroque et contemporaine étaient proposées pour célébrer la musique religieuse en période Pascale à la Chapelle St Martin du Méjan d’Arles. Déclassé, le lieu et son acoustique réputée reste symboliquement idéal pour faire revivre un patrimoine artistique sacré intimement lié à notre histoire religieuse. Dans ce contexte, la création musicale s’est émancipée de la dépendance d’un pouvoir prosélyte, en particulier à l’époque de la Contre-réforme. Son interprétation peut-elle s’affranchir et dépasser dans l’écoute la conviction qui l’a générée au service du pouvoir qui la représentait ? Chacun aura sa réponse en lien avec ses orientations spirituelles personnelles. Ce fut en effet une seconde résurrection, miraculeuse et anticipée, lors de la matinée du 25 mars, où revivait une musique pleine de signifiants à 350 ans d’intervalle. Quelle beauté et quelle complicité entre Marc-Antoine Charpentier, ses pédagogues ou contemporains italiens – Graziani, Melani, Carissimi – et leurs interprètes, Sébastien Daucé dirigeant l’Ensemble Correspondances au qualificatif on ne peut plus explicite. Le don du fils et la souffrance de sa mère étaient magnifiquement illustrés par les procédés musicaux baroques : figuralismes théâtralisées, frottement et dissonances harmoniques résolues au dernier moment, transcendant et magnifiant une glose chrétienne répétitive et litanique. Leçons de ténèbres, Miserere ou Stabat mater et autres motets à la langue et au sens oubliés ressuscitaient par la musique. L’Abbé Liszt n’y parvient pas dans sa Via crucis, malgré les efforts louables des Solistes de Lyon (Bernard Tétu à la direction et Marie-Josèphe Jude au piano), néanmoins récompensés avec les Cantates de Schubert (dont la magnifique et profane Ständchen). Les doigts de la pianiste Ana-Marija Markovina ont certainement dévoilé le lourd mais précieux héritage du père au fils C-P-E Bach.

Il en fallait pour tout le monde y compris les amateurs de pénitence et contrition : La Passion selon St Jean de l’estonien Arvo Pärt et ses monotones psalmodies ne la (rés)suscitaient pas vraiment, entraînant Vox Clamantis dans sa crucifixion après un vrai chemin de croix…

PIERRE-ALAIN HOYET
Avril 2018

La XXXIIIe Semaine Sainte en Arles a eu lieu à la Chapelle du Méjan d’Arles, du 23 au 27 mars.

Photographie : (semaine sainte) Ensemble Correspondances © X DR


Association du Méjan
Place Nina-Berberova ­
BP 90038
13633 Arles cedex
04 90 49 56 78
http://www.lemejan.com/