Vu par Zibeline

Haendel interprété par la diva Magali Léger au Théâtre du Jeu de Paume

Charme baroque

• 2 octobre 2013 •
Haendel interprété par la diva Magali Léger au Théâtre du Jeu de Paume - Zibeline

Au XVIIIe siècle, Haendel est un compositeur «européen» qui synthétise les influences stylistiques de son temps, à la fois par l’étude des partitions de maîtres allemands, français, italiens, anglais, que par l’imprégnation culturelle de pays où il vécut. Le Saxon a une vingtaine d’années lorsqu’il arrive à Rome où l’on interdit les représentations d’opéras. Durant près de trois ans, il compose de la musique religieuse, dont les joyaux qui furent joués par l’Ensemble RosaSolis au Théâtre du Jeu de Paume le 2 octobre.

Dans un pur style baroque, un théâtre qui se prête à des répertoires qu’on n’apprécie guère dans des salles trop spacieuses, les archets des violons ont rebondi, virevolté au-dessus d’un excellent continuo (violoncelle & orgue positif ou clavecin). Deux Sonates (op.2) se sont intercalées entre les pièces vocales interprétées par une diva svelte, souriante, dans sa robe d’apparat : Magali Léger. De sa voix chaleureuse et rondelette, ses aigus vibrants, elle est passée d’un Alléluia rieur (Coelestis dum spirat) à la tendresse du Salve Regina chanté sur le fil de soupirs haletants et de cordes soyeuses. Condensé d’émotion, le Gloria in excelsis Deo a frappé l’auditoire par l’ardeur de vocalises lancées en trapéziste, comme par les dissonances douloureuses illustrant le «miserere nobis». Aucune faute de gout, si ce n’est d’accord, récurrent, entre deux violons dont la projection sonore s’est avérée déséquilibrée.

JACQUES FRESCHEL
Octobre 2013

Photo : Magali-Léger-c-Christian-Jungwirth


Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/