Vu par Zibeline

Poétique théâtrale et politique avec La Beauté du geste 1, présentée en janvier au Bois de l’Aune à Aix

Cette obscure clarté…

Poétique théâtrale et politique avec La Beauté du geste 1, présentée en janvier au Bois de l’Aune à Aix - Zibeline

Une disposition bi-frontale, proximité avec le plateau, large ruban sur lequel sont disséminés des objets hétéroclites, une brouette contenant un motard gainé de cuir, une porte, un siège… On est bien installés ? Alors on peut commencer. Pas de rupture entre le moment du jeu et celui de l’incipit de la pièce. D’ailleurs s’agit-il vraiment d’une pièce ? Elle est à venir dans le deuxième volet du triptyque La Beauté du geste (À mains levées), fresque qui interroge les relations de l’action théâtrale et de l’action politique.

Nous assistons à la gestation, riche de multiples apports, irisée de sens, de jeux… tâtonnements des commencements, où l’on goûte les mots, leurs significations innombrables, autant de déguisements qui nous enserrent en un réseau insidieux… tout est politique, jusqu’au dictionnaire qui renvoie les mots les uns aux autres, emprisonnant les définitions dans un filet aux mailles étroites… La poétique théâtrale devient alors politique au sens noble du terme, avec une construction qui tient plus du chant que de la pièce. Et si le langage (acteur lui aussi, par essence) est un masque, propre par là-même au jeu théâtral des personnages, il est intiment lié au temps qui lui accorde son épaisseur, sa densité. Analogies, bousculements impromptus !

On croise Hamlet, la Bande à Bader, le public suit avec passion, reprend certaines phrases scandées, se retient parfois d’intervenir. Le titre, L’instant décisif, est dû à Henri Cartier-Bresson, qui définissait ainsi « la fraction de seconde au cours de laquelle un photographe, appuyant sur le déclencheur, capture l’instant unique qui vient de naître et de mourir sous ses yeux ». Instant décisif qu’est l’entrée sur scène, dans la lumière pour laquelle on souhaite de « ne pas manquer de clarté » ! Nathalie Garraud et Olivier Saccomano nous offrent ici un texte lumineux jouant sur tous les registres, porté par la virtuosité des cinq comédiens de la Cie du Zieu.

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2017

La Beauté du geste 1 a été joué au Bois de l’Aune, Aix, du 25 au 27 janvier

Photo : L’instant décisif © Jean-Louis Fernandez


Théâtre du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
boisdelaune.fr