Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Lancement officiel de la collection Harmonia#nova à La Courroie

Ces têtes d’affiches de demain…

• 30 septembre 2017⇒1 octobre 2017 •
Lancement officiel de la collection  Harmonia#nova à La Courroie - Zibeline

On se souvient des premiers albums Harmonia Mundi, il y a une vingtaine d’années, destinés à promouvoir une génération de jeunes musiciens talentueux et prometteurs… évidement inconnus à l’époque ! Leur nom fait aujourd’hui les beaux jours des salles de concerts : Piotr Anderszewski, Isabelle Faust, Emmanuelle Bertrand, Nicholas Angelich, Frank Braley, Alexandre Tharaud, Jean-Guihen Queyras, François Frédéric Guy…
Vingt ans plus tard, Jean-Marc Berns et son équipe réitèrent avec une nouvelle collection baptisée Harmonia#nova, sous la direction artistique d’Alban Moraud et autour d’un lieu magique, situé près d’Entraigues sur la Sorgue, au sud de Carpentras : La Courroie, un centre musical original animé par Alice Piérot et Chantal de Corbiac.

La Courroie

Le week-end des 30 septembre et 1er octobre, on y lançait officiellement la collection, sur les lieux même où les galettes ont été gravées. A La Courroie, une ancienne filature réhabilitée, on afflue de tous les coins du Vaucluse (et de bien au-delà !) pour entendre les propositions musicales de ses hôtesses. On y prend aussi, en marge des concerts, un petit déjeuner en matinée le dimanche, une soupe en soirée, au coin du feu, lorsque l’hiver tombe sur les champs alentour et sur le cours de la Sorgue.

Bien nous a pris de venir entendre les jeunes poulains de l’agence Taklit à l’affiche le dimanche !
Le matin, on découvre le Quatuor Gerhard : quatre jeunes qui, il y a quelques années, ont choisi le nom du compositeur catalans, élève de Schönberg. Lluís Castán Cochs, Judit Bardolet Vilaró (violons), Miquel Jordà Saún (alto) et Jesús Miralles Roger (violoncelle) développent dans Schumann (Quatuor opus 41 n°3 en la majeur) une étonnante propension à faire ressortir les différentes voix, d’aller chercher entre-elles les dissonances à la façon des interprétations baroques, tout en gardant un son plein et vibrant. Ils jouent aussi Kurtág (Officium breve in memoriam Andreae Szervánsky op. 28) comme un classique, chargé d’émotion malgré la complexité d’écriture qu’affichent certaines des quinze pièces brèves qui constituent l’opus. En bis, c’est Pablo Casals qu’on invoque, humaniste et homme de paix, alors que la violence sévit en cette journée d’élection controversée en Catalogne (1er octobre). Leur « Chant des oiseaux » donne des frissons au public… au bord des larmes !

FullSizeRender

En fin d’après-midi, ce sont de nouveaux jeunes solistes qu’on découvre. Bruno Philippe au violoncelle redouble de prouesses techniques et expressives dans la Sonate à Kreutzer de Beethoven transcrite du violon initial. Cette version convainc davantage dans les deux mouvements rapides, favorables à la virtuosité, que dans celui, central et lent, avec ses variations qui sonnent plus naturellement dans le registre aigu du violon. Accompagné d’un pianiste chambriste de haut-vol, sensible et formidablement à l’écoute (Tanguy de Williencourt) le violoncelliste charme l’auditoire.

Visuel_6109

Marc Bouchkov leur succède : il est de ces violonistes qui captent l’attention dès les premières notes ! Dans la Légende norvégienne d’Ysaÿe et le Poème de Chausson, en compagnie de Georgiy Dubko au piano, il tient en haleine la grande salle : on le suivra jusqu’au bout, avant qu’il ne s’agrège au violoncelliste pour un duo généreux. Pour la fameuse Passacaille sur un thème de Haendel (Johan Halvorsen) chaque musicien exprimera pleinement ses dons du jeu et de partage. De futurs grands assurément !

visuel_6106

 

JACQUES FRESCHEL
Collection Harmonia#nova chez www.harmoniamundi.com
La Courroie (Entraigues) http://lacourroie.org
Photos : Harmonia mundi DR