Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Amor, la dernière création de la compagnie Grenade

Célébration amoureuse

Amor, la dernière création de la compagnie Grenade - Zibeline

L’ensemble fondé il y a quelque vingt ans par Josette Baïz, Grenade, célèbre (clin d’œil au fruit éponyme, symbole d’amour et de vie ?) le thème de l’amour dans son nouveau spectacle, Amor. Huit chorégraphies, offertes par leurs auteurs au groupe des jeunes danseurs, le composent, déclinaison des diverses manières de traiter le sujet universel. Chaque pièce reste fidèle à l’esprit des chorégraphes qui ont choisi leurs interprètes. Scène nimbée d’une lumière de soir d’été (Nicolas Diaz) pour le délicat extrait de Khallini Aïch, de Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou, pas de deux intemporel où sont explorées avec une infinie tendresse les facettes de l’amour, du rêve à la solitude.

Une chaise, un tapis de joncs tissés, une esthétique du dépouillement, et la finesse des jeunes danseurs qui racontent l’angoisse, le désir, la séparation, la complicité… Déferle ensuite l’extrait d’UNITXT de Richard Siegal, portés, sauts, battus, arabesques et pointes classiques, emportés par la musique électronique de Carsten Nicolai, fragilité des gestes que contraste la violence des sons. Les ensembles conjuguent la vivacité des danseurs de Grenade, et la dynamique d’extraits de haut vol, Clash de Patrick Delcroix, où les solitudes s’animent, se croisent se cherchent, se découvrent avec fluidité, Noces d’Angelin Preljocaj, qui revisite les ballets russes en une orchestration d’horloger sur la partition de Stravinsky.

Émergent de superbes pas de deux masculins : ¿Hasta Dόnde… ? de Sharon Fridman, où deux hommes, mêmes facettes d’un seul être, se soutiennent, s’empoignent, sans jamais perdre le contact physique avec l’autre ; Les indomptés de Claude Brumachon, empli d’une énergie passionnée. Les déclinaisons de Navarre (Nicolas Chaigneau et Claire Laureau), fragmentées, glissent leurs interludes jubilatoires entre les différentes pièces, allégeant les tensions, en d’époustouflants exercices de pantomime.

Sans doute, la jeunesse des interprètes ne transcrit pas toujours la profondeur des œuvres abordées, mais leur fraîcheur, leur justesse, offrent un spectacle d’une belle tenue qui atteint des sommets de beauté pure avec le sublime duo Welcome to Paradise de Joëlle Bouvier et Régis Obadia. Danse amoureuse, hypnotique, bouleversante… l’amour est une danse.

MARYVONNE COLOMBANI
Décembre 2017

Amor a été créé du 7 au 9 octobre au Pavillon Noir, Aix-en-Provence

Photo : © Cécile Martini


Pavillon Noir / Ballet Preljocaj
530 avenue Mozart
13627 Aix-en-Provence
08 11 02 01 11
http://www.preljocaj.org/