La renaissance des campagnes, essai du journaliste Vincent Grimault aux Éditions du Seuil

Ce qui n’a pas de prixLu par Zibeline

La renaissance des campagnes, essai du journaliste Vincent Grimault aux Éditions du Seuil - Zibeline

À mesure que se précise l’impact faramineux de la société de consommation sur la biodiversité, la pollution de l’environnement et le changement climatique, on en viendrait presque à plaindre les économistes, de plus en plus coincés dans leur modèle théorique impossible d’une croissance sans bornes dans un monde aux ressources limitées. Une contradiction perceptible même chez les moins férus d’orthodoxie néolibérale, comme c’est le cas de Vincent Grimault, l’une des plumes du magazine Alternatives économiques, auteur de La renaissance des campagnes, essai paru récemment au Seuil.

De façon déconcertante, même s’il se conclut sur une ouverture à la décroissance -« Un jour, dans la Creuse, un gars me dit : “On a un truc génial ici, on a un retard d’avance” »-,  l’ouvrage tente tout de même de répondre par l’affirmative à la question « Et si l’avenir d’une croissance plus durable et plus humaine se jouait aujourd’hui dans les campagnes ? » Les lecteurs sensibles aux enjeux environnementaux auront à dépasser des points importants de crispation, car si le journaliste voit bien l’intérêt de l’agriculture biologique et locale, c’est comme marché avant tout ; son enthousiasme va à des « miracles » entrepreneuriaux ; parmi les élus rencontrés, il cite abondamment Jean Vogel, maire « écolo » de Saales, qui impose des éoliennes à ses administrés et rase les forêts de sa commune ; et enfin, à propos du nucléaire, il admet succinctement que ce n’est  « clairement pas la piste de développement la plus excitante pour les territoires ruraux », sans émettre d’autre critique.

Une fois mises de côté ces quelques couleuvres, le livre n’est pas dénué d’intérêt. Vincent Grimault s’appuie sur des chiffres abondants et précis, pour démontrer que les campagnes françaises tant décrites comme siphonnées de leurs forces vives par des confrères moins scrupuleux, séduits par la métropolisation du monde, sont assez éloignées des clichés type « diagonale du vide ». On y apprend par exemple qu’en zones rurales, les élèves ont statistiquement de meilleurs résultats qu’en milieu scolaire urbain, et qu’elles sont loin d’être des déserts culturels. Ou encore, que la beauté des paysages influe directement sur notre qualité de vie, renforçant le bien-être et allant jusqu’à ralentir le vieillissement cognitif des populations.

GAËLLE CLOAREC
Août 2020

La renaissance des campagnes
Vincent Grimault
Éditions du Seuil, 21€