Vu par Zibeline

Exposition d'art contemporain d'Olivier Millagou sur la quête du paradis perdu

Cartes postales du paradis

Exposition d'art contemporain d'Olivier Millagou sur la quête du paradis perdu - Zibeline

Côté pile, Olivier Millagou nous invite à broyer du noir joyeusement à la Galerie des musées (remparts) de Toulon où il donne carte blanche à une folle équipée shootée aux sixties californiennes (voir Zib’57) ; côté face, l’artiste nous aveugle et nous réchauffe l’âme dans sa quête du paradis perdu. Bref, en vrai surfeur, il glisse sur la vague de l’exhibition collégiale et de la partition solo. Minimaliste, sa proposition à l’Espace d’art Le Moulin est à prendre au pied de la lettre ! D’abord, il y a ce faux néon PARADISE écrit blanc sur blanc en lettres majuscules, traversé d’une résistance incandescente. Sa douce chaleur nous délasse mais, si l’envie nous prenait de le décrocher au risque de nous brûler les ailes, serait-il vraiment la clef d’entrée au paradis ? Déstabilisé par l’espace immaculé («Je cherche une neutralité qui infiltre le lieu, les productions, la lumière et la musique»), le regard se perd sur une ligne d’horizon tracée par une série de cartes postales, Scratch post Cards, blanches elles aussi. Souvent, avec Olivier Millagou, la traversée est un jeu : ici, notre participation consiste à deviner ses intuitions, entendre ses suggestions, reconnaître ses indices. On s’interroge. «La mise en série de verso blancs et de recto aux palmiers coloriés» est-elle une manière de dénoncer le vrai du faux, l’illusion de la réalité ? Rêvons-nous de découvrir le Coucher de soleil à Moorea et les Beautiful scènes of Vietnam ? Autant de décors fantasmés et d’images convenues d’un hypothétique Eden que l’artiste cache sciemment (comme si les cartes encadrées nous tournaient le dos) pour laisser affleurer à la surface ses dessins tracés au Bic. Quel joli pied de nez à l’exotisme ! La traversée s’achève sur un puzzle de planches de bois ensablées, assemblées de manière aléatoire, tel un nouveau théâtre paradisiaque : la plage, dernier territoire vierge… Celle-ci aura été bercée par «six propositions aléatoires et suggestives, six morceaux de musique composés par six musiciens» gravés sur un vinyle. Blanc, évidemment.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Décembre 2012

 

Édition du disque Paradise Sounds avec 10lec6, Appletop, Bader Motor, The Legendary Tigerman, Johnny Hawaii, Hifiklub ; concert-live The Legendary Tigerman et Hificlub le 11 janv à la Tomate, La Valette-du-Var

 

Paradise Sounds

Olivier Millagou

jusqu’au 20 janv

Espace d’art Le Moulin, La Valette-du-Var

04 94 23 36 49

www.lavalette83.fr