Vu par Zibeline

Carlos Kusnir se fait marseillais jusqu’au 3 juin, à Friche de La Belle de Mai et au Frac Paca

Carlos Kusnir rebat les cartes

• 10 mars 2018⇒3 juin 2018 •
Carlos Kusnir se fait marseillais jusqu’au 3 juin, à Friche de La Belle de Mai et au Frac Paca - Zibeline

Pour leur première collaboration, le Frac Paca et Triangle France mettent en dialogue les pièces de Carlos Kusnir dans un mouvement continu d’œuvres phares et de productions nouvelles.

L’artiste argentin Carlos Kusnir a fait de Marseille son port d’attache. Discret, taiseux, l’œil bleu rieur, il est devenu l’un des « marqueurs » de la scène contemporaine et une référence pour toute une génération de jeunes artistes en France et à l’étranger. L’exposition qui lui est dédiée, ni chronologique ni historique ni rétrospective, volontairement exempte de titre, est conçue en miroir, comme une invitation à opérer des allers et retours entre les deux lieux. Une partition originale à voir et à écouter qui colle à l’esprit de l’artiste dont « chaque peinture est un instrument singulier qui pourrait faire partie d’une plus vaste orchestration ». À la question « pourquoi ? », l’artiste ne répond pas, préfère s’interroger sur le « comment ? » et laisser libre cours à la réflexion et à la perception des visiteurs… Si l’on a déjà cheminé à ses côtés lors de ses deux précédentes expositions (Frac et Red District en 2003, plateau expérimental du Frac en 2015), l’occasion nous est offerte de redécouvrir l’ampleur de son œuvre dans ce double parcours, construit comme un grand tableau au Frac, et comme une promenade à La Friche. De se frotter aux bruits, aux silences, aux sonorités et aux ruptures qu’opère Carlos Kusnir dans ses installations picturales, voire « sculpturales ».

L’envers du décor

Le plus frappant dans ce corpus où il est ardu de discerner tableaux anciens et peintures récentes, c’est la facétie, la jubilation, l’ironie, la tendresse qui les sous-tendent ; c’est la grande capacité de Carlos Kusnir à les réagencer. L’artiste joue avec les motifs, les signes urbains, la couleur et les coulures, les matériaux pauvres et les objets domestiques insignifiants (gants en caoutchouc, saut, balai, papiers peints collés) tout en inscrivant « Coiffure » et « Démocratie » en lettres monumentales, sauf que « Démocratie » est écrit en plus petit ! La relation étant « ce que nous sommes, nous humains, entre les deux »… Pas d’endroit ni d’envers dans le jeu de construction surdimensionné planté au Frac où les murs ne sont quasiment pas investis, contrairement à la Tour Panorama qu’il travestit d’entrée de jeu en obturant l’immense baie vitrée. Geste symbolique qui laisse aucune échappatoire : le regard s’arrête exclusivement sur les œuvres réinterprétées par leur nouvel agencement (Les Singes, frise lithographique), sur sa dernière pièce réalisée in situ où l’on reconnait le motif récurrent de la poule (méli-mélo de lithographies épinglées sur un fil comme un « vulgaire » étendage à linge). Sur Je suis au café écrit en noir sur la toile à la manière d’un graffiti et ses deux chaises vieillottes à usage incongru de piédestal. La mise en scène de sa peinture participe de son geste, les focus sonores également, déclenchés aléatoirement, jamais ensemble. Comme la question de l’émancipation « de tout ce qui tente de la définir et de la cadrer : son support, ses matériaux, ses représentations » et le vocabulaire formel sans cesse interrogé (l’occurrence de la tâche rouge). Les palissades s’adossent au mur par contamination du support, les trompe-l’œil s’invitent sur scène, inscrivant définitivement son travail dans l’histoire de la peinture.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2018

Carlos Kusnir
jusqu’au 3 juin
Friche de La Belle de Mai, Tour Panorama, Marseille
Frac Paca, Marseille

Photo : Je suis au café, 1986, huile sur toile, étagère en bois, chaises, bouteille. Collection Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris © Carlos Kusnir


FRAC PACA
20 Boulevard de Dunkerque
13002 Marseille
04 91 91 27 55
http://www.fracpaca.org/


La Friche
41 rue Jobin
13003 Marseille
04 95 04 95 95
http://www.lafriche.org/