Première édition d’un festival éclectique et riche de talents dans l'écrin du théâtre Silvain

Caravansérail pour musique voyageuseVu par Zibeline

Première édition d’un festival éclectique et riche de talents dans l'écrin du théâtre Silvain - Zibeline

Créer un festival à la mi-juin, sans tête d’affiche, et dans un lieu pouvant contenir près de 3 000 personnes… La Cité de la musique, la Maison du chant, Arts et musiques et MCE productions-l’Éolienne ont réussi leur pari : la première édition de Caravansérail fut un succès. La joie exprimée sur les visages des co-organisateurs montés sur scène pendant le final du concert de la Cie Rassegna l’atteste. Alors que la formation dirigée par Bruno Allary a reçu le prix de l’Académie Charles Cros pour son dernier album Il sole non si muove, un projet autour des musiques baroques méditerranéennes, c’est un répertoire davantage festif qui est choisi pour conclure les deux soirées dédiées aux musiques du monde jouées depuis Marseille. De l’Espagne à l’Italie, en bifurquant vers l’Algérie, de la tarentelle sicilienne au chaâbi algérois, les morceaux sont interprétés avec grâce. Les voix, chaleureuse de Sylvie Paz, et habitée de Carine Lotta transmettent la passion contenue dans ces chants populaires de Méditerranée. Ce n’est certes pas le bout du monde mais la Corse et l’Occitanie peuvent aussi inviter au voyage. Surtout avec Enco de Botte comme guide. La délicatesse du chant et des arrangements du quatuor épouse leurs historiettes agrémentées d’instruments peu communs dans un tel répertoire : harmonium, daf, pandeiro. Une dimension universelle qui aura manqué au Fado Rebetiko project de Kalliroï malgré une idée originale de croiser les esthétiques grecque, portugaise et tzigane. Intense et énergique, le tablao de Tchoune Tchanelas a mêlé cante puro, rumba flamenca et danses. Le trio du pianiste Simon Bolzinger accueillait le conteur vénézuélien Victor Cova Correa pour présenter leur spectacle Cantos queridos. Malgré quelques longueurs, la qualité poétique des textes, le talent malicieux du narrateur et l’accompagnement subtilement jazz ont rendu ce périple dans la tradition musicale, orale et littéraire sud-américaines des plus joyeux. Une programmation éclectique qui a séduit le public et qui présage une deuxième édition pour ce Caravansérail des sonorités.

Thomas Dalicante
Juillet 2017

Le festival Caravansérail a eu lieu les 16 et 17 juin au théâtre Silvain, à Marseille.

Photographie : (Caravanserail)Tchoune Tchanelas, Martial Paoli © Chris Boyer

Théâtre Silvain
Anse de la Fausse Monnaie
Chemin du Pont
13007 Marseille
04 91 31 40 17
http://www.capsur2013.fr/