Vu par Zibeline

À nous deux maintenant : l’intimité de la création littéraire au théâtre

Capdevielle pousse au crime

À nous deux maintenant : l’intimité de la création littéraire au théâtre - Zibeline

Par où commencer ? Par ce petit pincement caractéristique, qui mêle excitation et appréhension avant le nouveau spectacle d’un artiste qu’on a adoré lors de son précédent ? Par la multitude des personnages, joués par cinq interprètes qui jonglent avec les corps et les voix, les postures, les registres, les mots, comme si tout était brûlant ? Ou alors par le texte justement, adapté du roman policier Un crime de Georges Bernanos, si dense, si surprenant dans les directions qu’il nous invite à suivre qu’on se laisse peu à peu emporter par les sensations, et tant pis pour le sens de l’enquête policière ?

Autant commencer par le début. Dans un noir quasi complet, Bernanos s’adresse à nous. Il se présente, c’est un auteur qui redoute la page blanche, qui écrit dans les cafés sans consommer d’alcool, il a des problèmes d’argent. L’auteur reviendra régulièrement dans (sur) son texte. Il émergera parfois d’un de ses personnages : le premier cadavre, le juge d’instruction, l’inspecteur. Les mots sont extraits de la correspondance de l’écrivain, plein de doutes, d’une autodérision qu’on n’aurait pas soupçonné chez l’auteur de Sous le soleil de Satan. Dédoublement de personnalité, rêves qui s’imposent à la réalité, époques qui se bousculent, langue ciselée, registre comique style haute couture, catholicisme inquiet et troublant, travestissement des destins autant que des genres : un voyage de trois heures au pays du spectacle vivant. Quel plaisir d’abandonner le fil d’une enquête poussive pour plonger dans une mise en scène qui nous offre quelque chose de l’intimité de la création littéraire, dans le chaos du réel. Un Cluedo poétique : le curé est une femme (Clémentine Baert), la bonne du curé devient sorcière, urgentiste ou osthéo (époustouflante Michèle Gurtner), Jonathan Drillet navigue entre les rôles, vent debout et cap vers l’excellence, l’enfant de chœur est un scout tragique (étonnant Dimitri Doré). Le paysage sonore réalisé en direct (Jennifer Hutt) est une pièce maitresse de la partie, avec le décor (Nadia Lauro), tout en relief et souche d’arbre géante. Et l’auteur du Crime est… Jonathan Capdevielle. À la fin, c’est le spectateur qui gagne.

ANNA ZISMAN
Février 2018

À nous deux maintenant a été joué les 23 et 24 janvier au Théâtre de la Vignette, Montpellier

Photo : © Pierre Grobois