Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Un parfum de légèreté au théâtre Silvain

Camille et une nuit

Un parfum de légèreté au théâtre Silvain - Zibeline

Il règne comme un parfum de légèreté et d’insouciance quand Témé Tan rend la scène du théâtre Silvain. Le jeune Belge né à Kinshasa met tout le monde d’accord même si les siens (d’accords) ne sont pas nombreux. Ses influences, en revanche, sont multiples et en révèlent autant sur ses origines que ses voyages qui, depuis l’enfance, façonnent son identité musicale. Adepte du « do-it-yourself », Témé Tan tisse un patchwork groovy qui mêle tropicalisme brésilien, expérimentalisme japonais, électro-pop francophone ou encore mouvement congotronics. Métis longiligne venu du plat pays, il fait inévitablement penser à son compatriote Stromae, jusque dans le flow. Mais ce belge-là a quelque chose de plus minimaliste et artisanal. Les textes parfois fantaisistes restent bien écrits. Ce qui ne gâche rien. Les chansons d’Hollydays ont en commun avec celles de Témé Tan leurs mélodies entêtantes. Le duo parisien étiqueté « french pop » a la délicate mission d’ouvrir – qui plus est très tôt – le plus gros plateau de l’Edition festival. Avec leur pop teintée d’électro, Sébastien Delage et Elise Preys nous plongent dans une mélancolie qui revendique une totale liberté.

Libre. Quel autre artiste du paysage musical français actuel l’est autant que Camille ? C’est dans le Midi gardois que la chanteuse a donné vie à sa dernière double production : à Villeneuve-lès-Avignon a pris forme l’album Ouï ; à Nîmes a été conçu le spectacle de la tournée éponyme. Spectacle qui faisait une nouvelle escale à Marseille après un Silo à guichets fermés en décembre. C’est drapée dans une étoffe bleu indigo, que l’auteure, compositrice et interprète apparaît sur scène, pour un premier morceau entièrement chanté tête voilée. Pendant près de deux heures, Camille confirme son statut d’inclassable, d’infaillible quel que soit le défi. Une voix tout-terrain qui embrasse toutes les audaces. Qu’elle susurre, sur-joue ou feigne de suffoquer, celle que l’on a un temps comparé à Björk sublime tous les sons qui s’échappent de sa bouche. Et parfois de son corps, mis en mouvement par la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin, et qu’elle n’hésite pas à percuter. Camille ne s’encombre pas des codes. À la fois sirène, chef de chœur gospel, chanteuse de comptine espiègle ou déjantée, elle construit un univers dans lequel la danse contemporaine, la bourrée et la transe se côtoient sans avoir à se justifier. Entourée de trois choristes, de deux percussionnistes et d’un claviériste, Camille offre un show dépouillé et précis à l’image du dernier album. En puisant dans un patrimoine chanté et dansé traditionnel, elle crée une œuvre d’une grande contemporanéité.

Ludovic Tomas
Juillet 2018

Les concerts de Hollydays, Témé Tan et Camille ont eu lieu le 8 juin au théâtre Silvain dans le cadre de l’Édition festival qui s’est déroulé du 6 au 10 juin dans différents lieux de Marseille.

Photographie : Camille © Patrick Messina