Andreï Korobeinikov reprend l’emblématique Köln Concert (Part I) de Keith Jarrett à La Roque d'Anthéron

Ça groove à La RoqueVu par Zibeline

• 7 août 2014 •
Andreï Korobeinikov reprend l’emblématique Köln Concert (Part I) de Keith Jarrett à La Roque d'Anthéron - Zibeline

Andreï Korobeinikov joue l’emblématique Köln Concert (Part I) de Keith Jarrett. Le pianiste américain, si perfectionniste, était à deux doigts de quitter la salle de l’Opéra de Cologne le 24 janvier 1975, le piano n’étant pas de la qualité espérée. Puis il s’est mis à improviser… Ce sera un chef d’œuvre de synthèse jazz, quatre sections, devant un public médusé! Comment reprendre, 39 ans plus tard, un morceau planétaire, improvisé, non écrit donc, mais édité depuis ? Korobeinikov se glisse dans cet univers sans concession : groove au thème mordant et répétitif dès l’entame, grands accords à la basse, trilles main droite, immense développement, jeu subtil de modulation, grand choral orné, tension rythmique et harmonique incessante. Une sacrée performance ! Puis il nous offre un bouquet de Ragtimes de Scott Joplin, dont les incontournables The Entertainer et The Maple Leaf Rag, pour une belle interprétation enjouée. Basse régulière en croches sur une main droite nerveuse et syncopée… le son est presque trop parfait, nostalgique qu’on peut être des enregistrements sur cylindres, et du son « craquant » repris en 33 tours, de Scott Joplin lui-même (1905-1906) !

En seconde partie, on découvre le décapant et festif  Big Band californien: The Big Phat Band, piano et direction du très américain Gordon Goodwin, pour une Rhapsody in Blue, autre tube, de Gershwin, très coloré, dont le glissando de clarinette a fait le tour du monde. Saxophones trombones, trompettes, basse, guitare, contrebasse, batterie, percussion, piano, un ensemble joyeux où chacun est soliste (les interventions des cuivres sont hallucinantes !). Puis des œuvres de Goodwin lui-même mélangent be-bop, cool, hard bop, jazz latino (Garaje Gato), musique de films… On s’interpelle, on s’amuse en jouant, on fait le show, mais le niveau est si excellent que la liberté de posture peut être totale. Standing ovation !

YVES BERGÉ
Août 2014

Le 7 08 2014

Château-Bas de Mimet

Festival de La Roque d’Anthéron

www.festival-piano.com