Vu par Zibeline

Une création made in France de Follies, l'ouvrage écrit par Stephen Sondheim

Broadway s’invite à Toulon

Quelle singulière idée que d’avoir osé proposer une comédie musicale américaine dans les murs de l’opéra toulonnais en cette fin d’hiver. Cette nouvelle production, à défaut d’être lyrique, avait le mérite d’offrir au public local une petite révolution. Exit donc le bon goût et les complications de l’art vocal savant, et place aux truculences du music-hall US pour une création made in France de Follies, ouvrage écrit par Stephen Sondheim. Pour opérer ce changement, la mise en scène a été judicieusement confiée à Olivier Bénézech dont la verve avait déjà fait mouche avec la création de Street Scene de Kurt Weill. Une fois encore, c’est le dynamisme de celle-ci qui retiendra l’attention tant cette comédie semble statique. En effet, même si le sujet de départ veut attirer l’attention sur le temps qui passe, le propos est plus tragique qu’il y paraît avec une subtile réflexion sur les affres de l’amour. Le seul défaut de l’ouvrage est d’ailleurs son premier acte trop théâtral, vraiment peu convaincant côté musique. En revanche le deuxième acte valait à lui seul le détour ! Magnifiés par un sublime jeu de lumière rehaussé d’une création vidéo bluffante, les acteurs-chanteurs en costumes à paillettes aux couleurs chatoyantes s’en donnaient à cœur joie, portés par un orchestre mué en big band jazzy explosif qui ne boudait pas lui non plus son plaisir grâce au swing irrésistible du chef David Charles Abell.

EMILIEN MOREAU

Mars 2013


Opéra de Toulon
Boulevard de Strasbourg
83000 Toulon
04 94 92 70 78
04 94 93 03 76
www.operadetoulon.fr