Virilité.e.s fait briller le Choeur de l'Opéra Orchestre National de Montpellier

Boys don’t cryVu par Zibeline

Virilité.e.s fait briller le Choeur de l'Opéra Orchestre National de Montpellier - Zibeline

Pensé, enregistré sans public et diffusé au cœur de la pandémie, Virilité·e·s fut programmé par l’Opéra de Montpellier en avril 2021 dans sa version scénique avant de se voir repoussé à novembre. Ce décalage aurait pu peser sur un spectacle collant pourtant si volontairement à l’actualité d’alors. La suite des événements n’a malheureusement pas encore ringardisé le dispositif se jouant des mesures sanitaires, requérant distanciation sociale, masques chirurgicaux et tocs en tous genres. Soit une mise en abyme aussi étourdissante dans son organicité et dans son sens du détail que dans son propos sur le travail des artistes. On assiste, un peu plus d’une heure durant, à une répétition du Chœur de l’Opéra Orchestre National Montpellier se muant peu à peu en autre chose. La mise en scène d’Alicia Geugelin, redoutable de précision et d’esprit, laisse émerger dans les arrivées en trombe, les retards, les saillies solistes et les incompréhensions entre les chanteurs, tous issus de pays et de culture différents, des trésors d’humour mais également d’étrangeté. Le plateau figure une salle de répétition en délabrement, où se déplacent des chanteurs masqués et quelque peu désarçonnés mais ravis de se retrouver autour des plus belles pages dédiées à leur formation. Lorsque la troupe entonne avec une fougue toute viriliste le Jägerchor de Weber -le chant des chasseurs- ou le Chœur des soldats de la Damnation de Faust, l’ampoule en berne cesse enfin de clignoter ; l’inquiétude sourd malgré tout, notamment au fil de la très mélancolique Sérénade de Schubert. Le tout s’effritera peu à peu jusqu’à l’arrivée en filigrane des troupes féminines, venues perturber cet entre-soi certes sympathique mais effrayant. Jusqu’au triomphal et mixte Gesang der Parzen de Brahms, petit trésor honteusement sous-exploité que l’on entendra avec plaisir, porté par un orchestre aussi vigoureux que minutieux. Autant dire qu’on espère pouvoir réentendre bientôt ces seules forces vives de la maison d’opéra !

SUZANNE CANESSA
Novembre 2021

Virilité·e·s a été joué les 20, 21 & 23 novembre à l’Opéra de Montpellier

Photo © Marc Ginot

Opéra Orchestre National de Montpellier
11 boulevard Victor Hugo
34400 Montpellier
04 67 601 999
opera-orchestre-montpellier.fr