Un film de vampire, tonique et décomplexé, au programme des Rencontres Films Femmes Méditerranée !

Blood and romanceVu par Zibeline

• 10 octobre 2015 •
 Un film de vampire, tonique et décomplexé, au programme des Rencontres Films Femmes Méditerranée ! - Zibeline

Ce serait un film musical où les saphirs parcourraient les sillons des vinyles, où chaque personnage aurait sa partition, où la bande-son suffirait presque à raconter l’histoire en tensions et distorsions, glissant du rock iranien de Kiosk ou de Radio Tehran à celui du trio britannique de White Lies, avec en résonance Ennio Morricone et l’électro planant de Tangerine.

Ou plutôt, ce serait un roman graphique en noir et blanc, un comics avec sa justicière de la nuit solitaire, son méchant tatoué vivant de la décomposition d’une Bad City déserte dans laquelle sous le ciel enfumé, barré de fils électriques, les foreuses d’or noir basculent et se relèvent sans discontinuer.

Ou alors, ce serait un western fantastique. Ou tout aussi bien une histoire d’amour qui lorgnerait vers Wong Kar-wai. Blood and romance.

Oui,  A girl walks alone at night d’Ana Lily Amirpour projeté ce samedi 10 oct aux Variétés, résiste au résumé, lie l’Iran -le film est en farsi, la draculette en tchador et il y a du pétrole ! –  à la Californie, lieu du tournage, berceau du Roller Skate et des mythes cinématographiques. Dans son Téhéran imaginaire, une vampire solitaire rencontre un dealer, un vieux drogué, une prostituée triste, un chat peut-être diabolique, un enfant mutique aux grands yeux témoins, et Arash dont elle tombe amoureuse, Arash pour lequel elle rentrera ses canines. Ana Lily Amirpour, elle, ne les rentre pas, s’abreuvant de la substance du cinéma passé. Elle joue malicieusement avec ses souvenirs et les nôtres. Le tchador entrouvert sur un petit pull marine, la belle vampire voilée, interprétée par Sheila Vand, a des airs d’Anna Karina dans La Religieuse et Arash (Arash Marandi), lunettes noires, jeans bien propre et tee-shirt blanc moulant, a dans la première scène, un irrésistible côté James Dean.

Contrairement aux autres séances des Rencontres Films Femmes Méditerranée , la salle du cinéma Les Variétés, en ce 10 oct, n’était pas comble mais le public a beaucoup apprécié ce film boudé à sa sortie, une semaine après l’attentat contre Charlie Hebdo !  Premier long-métrage de la réalisatrice,  A girl walks home alone at night, témoigne d’une belle vitalité dans un cinéma-fusion, décomplexé.

ELISE PADOVANI
Octobre 2015

Photo (c) Pretty Pictures

Cinéma Les Variétés
37 rue Vincent Scotto
13001 Marseille
facebook.com/Cinemalesvarietes