Vu par Zibeline

Conjugaison subtile de légèreté et de profondeur dans le dernier roman d’Anne Percin, Sous la vague

Bertrand et son chauffeur

Conjugaison subtile de légèreté et de profondeur dans le dernier roman d’Anne Percin, Sous la vague - Zibeline

Imaginez-vous dans une confortable Mercedes qui sent bon le cuir. Observez l’indispensable chauffeur Eddy qui vous conduit au château où vous vivez seul depuis votre divorce. Vous êtes Bertrand Berger-Lafitte, directeur général de la société familiale qui distille les cognacs du même nom. Les jours précédents de ce mois de mars 2011, un tsunami a dévasté le Japon, entraînant une catastrophe économique sans précédent : le marché du cognac au Japon est menacé et vous êtes naturellement inquiet… Ainsi commence le dernier roman d’Anne Percin que l’on retrouve avec son imagination débordante, son humour, sa légèreté rafraichissante, aussi à l’aise dans les récits pour adultes que pour les ados. Ses deux personnages se complètent, le chauffeur protégeant discrètement le patron, prenant parfois les choses en main, alors que Bertrand perd peu à peu les pédales tout en devenant plus humain. Ses associés le trahissent, son ex-femme couche avec un actionnaire, sa fille avec un prolo. Une consolation : un jeune chevreuil blessé qu’il recueille et soigne. On s’amuse beaucoup à la lecture de ce livre qui sous ses aspects parfois anodins souligne avec talent quelques bizarreries de notre société. Cela va de la consommation du cannabis aux sites de rencontres, en passant par les luttes syndicales et le choix de la maternité. Plus profond qu’il n’y paraît donc. Avec des interrogations sur les aspirations de chacun, les « espoirs montés les uns sur les autres en piles hasardeuses, comme des pièces montées, qui un beau jour s’écroulaient parce que le caramel avait fondu ». Éclats de rire assurés !

CHRIS BOURGUE
Octobre 2016

Sous la vague
Anne Percin
La brune au Rouergue, 18,80 €

Anne Percin était présente à Manosque pour Les Correspondances le 24 septembre.