Époustouflante interprétation de Beethoven aux Nuits pianistiques

Beethoven, passionnément !Vu par Zibeline

Époustouflante interprétation de Beethoven aux Nuits pianistiques - Zibeline

Les Nuits pianistiques accueillaient pour leur deuxième concert, dans l’écrin de l’auditorium Campra du Conservatoire Darius Milhaud, le subtil pianiste russe Konstantin Lifschitz. Au programme, quatre sonates de Beethoven de la période dite ‘Héroïque’. La Sonate n° 21 op. 53, en ut majeur, Waldstein (du nom de son dédicataire), en trois mouvements, composée sur le nouveau piano Érard, en 1804, découvre, grâce à un clavier plus étendu, des territoires nouveaux, et part à l’assaut d’aigus lumineux, de graves superbement sombres. Virtuosité technique, mais aussi, capacité à faire sonner chaque note comme un univers sonore parfait, passage entre foisonnement et dépouillement… Konstantin Lifschitz, après avoir remonté les manches, comme un artisan face à l’ouvrage, sut rendre sensibles l’ampleur, la délicatesse des phrasés, gardant la même intensité, jusque dans les pianissimi, jamais mièvres, avec une élégance minutieuse et puissante. Trilles vertigineux, époustouflants contrepoints conduits par la main gauche… le tout emporté par une vigueur rythmique éblouissante. Cette vivacité et cette profondeur perduraient dans l’exécution des trois sonates suivantes, dessinant avec précision leur univers, la n° 22 en fa majeur, sans dédicace, la n° 24 en fa dièse majeur, « à Thérèse », exercices plus brefs, mais d’une chaleureuse densité. Enfin, la n° 23 en fa mineur, Appasionata, offrait sa sombre beauté, ses emportements, ses replis, ses débordements impétueux, qui semblent vouloir dépasser les limites de l’instrument, le poussant à se surpasser. Ce « torrent de feu dans un lit de granit », comme la qualifiait Romain Rolland, fut interprété avec une justesse passionnée et bouleversante. Nuances, registres, variations, rien n’était ignoré, les auditeurs étaient amenés à goûter toutes les facettes de l’œuvre, ses couleurs, ses intentions. Temps suspendu.

MARYVONNE COLOMBANI
Août 2017

Concert donné le 2 août, conservatoire Darius Milhaud, Aix-en-Provence, dans le cadre des Nuits pianistiques.

Photographie © X-D-R

Conservatoire Darius Milhaud
1 avenue Malherbe
13100 Aix-en-Provence
04 42 38 76 28
www.aixenprovence.fr