Vu par ZibelineOutwitting the devil, le Gilgamesh d'Akram Khan

Beautés du diable

• 14 janvier 2020, 17 janvier 2020 •
Outwitting the devil, le Gilgamesh d'Akram Khan - Zibeline

C’est dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes, à Avignon, qu’Akram Khan avait créé Outwitting the devil, que l’on pourrait traduire en français par déjouer le Diable, ou du moins se jouer de lui. Avec cette fresque rassemblant six danseurs et presque autant de styles et de langages, le chorégraphe bangladais transposait dans la monumentalité du lieu l’Épopée de Gilgamesh, premier récit sumérien mettant en scène le roi tout-puissant d’Uruk, contemplant l’ampleur de ses erreurs et la finitude du monde. Sur la scène plus resserrée du GTP, l’action perd en gigantisme ce qu’elle gagne en lisibilité. Campé par Dominique Petit, ce héros ambigu, vieillissant, voit ressurgir les fantômes de sa vie passée. Dont Sam Asa Pratt, qui incarne un Gilgamesh jeune, curieux du monde et soucieux de s’y imprimer. Les corps campent tour à tour des formes statuesques, des animaux, des signes du vivant, avec une majesté intacte. Leurs identités se croisent, se conjuguent. Les pas francs, hérités des répertoires folkloriques et classiques du philippin Jasper Narvaez le disputent à la forte identité contemporaine de la taïwanaise Ching-Ying Chien, quand l’australien James Vu Anh Pham déploie une countertechnique impressionnante. Le bharata natyam de Mythili Prakash suffit, par son décalage avec le reste de la distribution, à dire le propre du divin en quelques articulations manuelles. Dans sa robe dorée, la danseuse devient la déesse Ishtar, qui défend ici la Terre et ses éléments, menacés d’épuisement. Le diable du titre est, lui, présent dans tous les personnages. La fable sociale, environnementale, se répercute jusque dans la très belle scénographie de Tom Scutt, qui figure la civilisation avec quelques blocs anthracites. Les lumières d’Aideen Malone y dessinent savamment les silhouettes pétrifiées comme autant d’ombres chinoises. C’est que la modernité du langage finit toujours par se heurter, ici, à une irrépressible mélancolie.

SUZANNE CANESSA
Décembre 2019

Outwitting the devil a été dansé les 29 & 30 novembre au GTP, Aix-en-Provence

À venir
14 janvier
Théâtre de l’Esplanade, Draguignan
04 94 50 59 59 theatresendracenie.com

17 janvier
Théâtre de l’Olivier, Istres
04 42 56 48 48 scenesetcines.fr

Photo © Jean-Louis Fernandez

Grand Théâtre de Provence
380 Avenue Max Juvénal
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net

Théâtre de l’Olivier
Avenue Léon Blum
13800 Istres
04 42 56 48 48
http://www.scenesetcines.fr/

Théâtres en Dracénie
Boulevard Georges Clémenceau
83300 Draguignan
04 94 50 59 59
www.theatresendracenie.com