Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

De Vienne à Paris: Quatuor Ébène

Battle Royale

• 31 janvier 2019 •
De Vienne à Paris: Quatuor Ébène - Zibeline

Dans le cadre de sa programmation L’Hivernal, le Festival de Musique de Toulon et sa Région accueillait le Quatuor Ébène qui fêtera l’an prochain ses 20 années d’existence, dans un programme titré De Vienne à Paris. Judicieusement conçu, le programme mettait en lumière les oeuvres composées par Beethoven d’une part et par Ravel ensuite. Il était aussi l’occasion pour les musiciens de briller dans un répertoire dans lequel ils excellent, celui du français notamment, mais aussi de roder un début d’intégrale du viennois qu’ils enregistreront bientôt pour le 250e anniversaire de sa naissance. La lecture qu’ils ont donné de son Quatuor à cordes n° 4, op. 18 en do mineur était des plus éloquentes, soulignant la perfection formelle de l’œuvre. Après un premier mouvement en forme allegro de sonate au caractère viennois très affirmé, venait l’écriture en fugato de l’Andante. Leur maîtrise des dynamiques atteignait des sommets dans le menuet tandis qu’ils restituaient toute la fougue beethovenienne dans l’Allegro final : un classique sans faute. Le contraste avec le Quatuor à cordes en Fa majeur du natif de Ciboure était on ne peut plus saisissant. Délaissant la tonalité pour une modalité libératrice, Ravel s’y affranchit également des codes du classicisme en bouleversant la forme et le contenu, concevant sa formation comme un orchestre en miniature et jouant sur les timbres. Pierre Colombet, Gabriel Le Magadure, Marie Chilemme et Raphaël Merlin y tiraient de leurs instruments la palette sonore idéale pour une musique très picturale. Concluant le concert par un retour au classicisme avec l’ultime Quatuor à cordes n° 16, op. 135 en fa majeur, les interprètes ont remis à l’honneur son exceptionnelle créativité grâce à leur complicité, à l’image de l’usage dramatique du silence dans le premier mouvement et du moment de grâce méditative qu’ils nous offraient dans le 3e mouvement avec l’assurance des plus grands. Une merveille.

Emilien Moreau
Février 2019

Concert donné le 31 janvier à l’Eglise Saint-Paul, à Toulon, dans le cadre du Festival de Musique de Toulon et sa région