La Compagnie des Loups Masqués s'empare de L'Illusion comique de Pierre Corneille et nous emporte dans un jeu de miroirs burlesque...

Baroque burlesqueVu par Zibeline

• 8 février 2014, 5 juillet 2014⇒27 juillet 2014 •
La Compagnie des Loups Masqués s'empare de L'Illusion comique de Pierre Corneille et nous emporte dans un jeu de miroirs burlesque... - Zibeline

Certes, l’on ne retrouve pas entièrement Corneille dans cette libre adaptation de sa pièce, L’Illusion comique, le titre choisi d’ailleurs l’avoue d’emblée : la Compagnie des Loups masqués présente illusions comiques. Le manque de majuscule initiale, le pluriel, concourent déjà à la distance et aux libertés prises à l’égard du maître. Disparue ainsi l’entrée en matière originelle : un magicien rassurait l’inquiétude d’un père en lui dévoilant la vérité sur son fils perdu, paradoxalement par le biais d’ « illusions » projetées dans une grotte. André Bellatorre et Jean-Philippe Krief choisissent dans leur réécriture de prendre une troupe de comédiens qui mettent en scène une histoire. (C’était le dernier artifice de l’œuvre de Corneille qui, faisant croire à la mort de Clindor, (le fils perdu) montrait qu’il était devenu acteur et jouait son propre trépas). Sans doute est-ce pour cela que le début de la représentation flotte un peu, a du mal à trouver son rythme. La rapidité de l’action ensuite anime nos personnages. On rit beaucoup, les comédiens, dotés d’une belle force comique, savent se glisser dans de multiples rôles,  portent les alexandrins avec justesse, nous entraînent dans le tournoiement incessant d’une mise en abîme entre les différents niveaux de la pièce et leur jeu d’acteurs. Les costumes, les coulisses sont aussi sur scène. La distanciation semble être le mot-clé de cette esthétique qui emprunte au baroque par les tenues, la structure réduite d’un théâtre au milieu de l’espace scénique. L’esprit des Monty Python s’immisce dans cet univers où l’on peut déclamer des vers dans un piano bar… une jolie manière de dépoussiérer les classiques en les aimant toujours beaucoup !

MARYVONNE COLOMBANI
Février 2014

crédit photo : Nicolas Benoit

Le 8 février à Simiane  

À venir : Du 5 au 27 juillet Le Chapeau d’Ebène Théâtre, Festival d’Avignon/ Le 18/04, auditorium Pierre Malbosc, Cabriès/ Le 28/11 Théâtre Henri Martinet Pennes Mirabeau (13)

Amis du Théâtre Populaire
Impasse Grassi
13100 Aix-en-Provence
04 42 63 46 22
http://atp-aix.net/